Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Ras-le-pompon
  • Ras-le-pompon
  • : A Paris et alentour, voire plus loin, écrits, photos, dessins, par Marie et ses chichoux.
  • Contact

singesa.jpg  

Archives

16 juin 2014 1 16 /06 /juin /2014 05:25

 Un tapis d'escalier imitation peau de panthère, je trouve ça d'un goût douteux. Avant, ça s'appelait Le télégraphe, un restaurant dans lequel j'avais envie d'aller un jour. J'aurais dû. Aujourd'hui, ça s'appelle Les  climats, et j'ai moins envie d'y aller. Ça a l'air moins "authentique", si on peut dire ça comme ça, ça s'est "boboïsé". Et de toutes manières, ça n'est plus du tout accessible à mon porte-monnaie, car comme partout les prix ont grimpé. Comme quoi il y en a - touristes ou non - qui arrivent à suivre, sinon les endroits de luxe ne pourraient pas prospérer et proliférer ainsi.DSC04460

 

DSC04461 Situé au 41 rue de Lille, il s'agit anciennement de la Maison des dames des postes, télégraphes et téléphones... Immeuble (de 111 appartements) construit en 1905 pour loger ces dames, il est classé aux monuments historiques pour son architecture et ses vitraux Art Nouveau. Le restaurant (à priori ancienne cantine où elles pouvaient dîner) comprend un jardin d'hiver (verrière) et un jardin d'été (cour intérieure)..., attenants à une salle principale de 5 mètres de haut... 

  La choute, elle, se contente de bâtir des fermes, avec vaches, moutons, chevaux, et un éléphant qui se rafraîchit, à un point d'eau, avec sa trompe. 

DSC04457

 Fasse qu'un jour elle deviennent décoratrice, ça paye bien apparemment et en plus on peut se rebaptiser Bambi sans en avoir l'air ni la chanson. 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Marie - dans Coups de coeur
commenter cet article

commentaires

mab 16/06/2014 07:48


Intéressant tout ce que tu racontes, j'ignorais que les "dames des postes" étaient logées.

Jeanmi 16/06/2014 07:28


La rue de Lille me rappelle ma première année aux "languezo" (INALCO) où je me suis colté avec l'Arabe littéraire...