Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Ras-le-pompon
  • Ras-le-pompon
  • : A Paris et alentour, voire plus loin, écrits, photos, dessins, par Marie et ses chichoux.
  • Contact

singesa.jpg  

Archives

15 janvier 2013 2 15 /01 /janvier /2013 12:01

 Chacune de détailler son menu, ce qu'elle a savamment préparé, présenté à ses convives, de l'entrée au dessert, en commençant par le plat principal. Pour l'une - dont le repas a duré de 14 à 20 heures, quelle horreur ! - du foie gras partout sauf dans le dessert. Vient inévitablement mon tour. A ma grande honte, je n'ai su que répondre. Qu'avais-je donc mangé au repas de Noël ? J'avais beau me creuser la tête... Je me souvenais qu'il s'agissait de viande, et de légumes, d'une bûche en dessert sans doute. Et que tout ça était bien bon...

 

 À ma décharge, à chaque repas des vacances de Noël, c'était fête. Ne serait-ce parce qu'il fallait bien manger les restes du dit repas du 25... Ne serait-ce parce qu'on a commencé le 24 au soir. Ne serait-ce parce que Mari met souvent les petits plats dans les grands, en vacances comme en temps normal d'ailleurs.

 Et puis, en tant que végétarienne, me souvenir du nom d'un morceau de viande, pas facile.  Et puis, en tant que bec sucré, me souvenir d'un dessert, pas plus facile (parce que j'en mange trop, de bons, tout le temps).

 

 Bref, pour la postérité, néanmoins, voici les deux menus officiels retrouvés, écrits le premier, celui du réveillon, par Chichou, le second par moi, illustrés par notre petite et néanmoins très serviable dessinatrice maison.

menu réveillon Noël 2012

 

img839

 

 Ah ben tiens, finalement, le jour J, c'était du poisson...

 Quand j'étais petite, chaque 25 décembre, ma grand-mère nous servait une traditionnelle dinde aux marrons et aux fruits chauds (St-Mamet) (avec leur sirop - aux autres repas, ma grand-mère nous versait souvent dans nos verres de petites filles le bouillon des légumes). Simple à retenir... Trop de variété nuit à la bonne mémorisation des choses...

 Depuis, comme un parfum de l'enfance, je garde une prédilection pour les marrons et les fruits en boîte en accompagnement de plats salés. Et, pendant ces vacances hivernales, je me délectais, en guise de digestif, de jus de poire chaud. Aussi bon que le vin chaud.

 

 Ce matin, un énième pédopsychiatre, sortant un énième bouquin sur (critiquant la mise à mal de) l'autorité parentale (pourtant moins galvaudée que dans les contrées anglo-saxonnes a-t-on lu récemment), nous dit qu'on ne doit pas séduire son enfant pour qu'il se lave les dents (genre : "Mon petit coeur, veux-tu bien te laver les dents pour me faire plaisir ?"), qu'on ne doit pas non plus le lui demander de manière autoritaire (voire criante, ma tendance malheureusement, car la répétition fatigue les nerfs...). Sa proposition fulgurante ? Demander les choses d'un ton neutre... Il faut faire un bouquin (que je ne lirai pas, j'en ai trop lus pour rien. Finalement, seule Dolto est réellement intéressante.) pour arriver à cette conclusion vide de sens ? Si ça marchait, le ton neutre, ça se saurait, et les deux autres façons de faire n'auraient pas été inventées, CQFD. Même le chichou tôt levé avec moi était d'accord. Avec moi.

 Pour finir, quelques dessins récents de notre illustratrice maison sur laquelle l'autorité parentale quelle qu'elle soit, neutre, douce, criante n'a guère de prise...

casque de vélo

Portrait de son premier casque à vélo, acheté samedi à moitié prix.

 "J'ai pris du marron, parce que je n'ai pas de noir.

 J'ai pas fait les mêmes dessins sur le casque, mais c'est pas grave."

 

img832

Galette.

 

img829a

 

 

Poétique en diable : citrouille avec au bout du fil son ballon-étoile.

Partager cet article

Repost 0
Published by Marie - dans Coups de crayon
commenter cet article

commentaires

mab 16/01/2013 07:56


Tiens, tiens on en apprend des choses sur toi mine de rien.