Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  • : Ras-le-pompon
  • Ras-le-pompon
  • : A Paris et alentour, voire plus loin, écrits, photos, dessins, par Marie et ses chichoux.
  • Contact

singesa.jpg  

Archives

22 décembre 2012 6 22 /12 /décembre /2012 05:55

 One, two, three, four, five. Cats. Black and white. " We wish you a merry Christmas, we wish you a merry Christmas, and a happy new year. " Et puis des bonbons au chocolat (quel chocolat ?) Quality Street. Et le cours est joué. La choute aime bien y aller, elles sont trois bonnes copines - sages et studieuses en plus ! -, à y participer, le professeur étant la maman de l'une d'entre elles. Qui ne savait même pas que Marks and Spencer s'était réinstallé à Paris. Mais bon, elle a bien d'autres qualités. Dont celle d'aller souvent en Angleterre...

 A la gym, la plus sympa est toujours l'Espagnole (mère et fille), suivie par la franco-japonaise. Les autres étant loin derrière. La choute a fait des progrès, sait reconnaître son pied, et ses orteils, "flexes" ou pointés. Concernant gauche et droite la dizaine de petites filles présentes étaient à peu près sur le même pied de confusion. Avec une prof en miroir, faut dire que ça n'aide pas. Et comme dit ma voisine, ça peut durer longtemps, cette confusion. C'est vrai qu'on en connaît, par exemple, des adultes s'emmêlent les pinceaux entre gauche et droite... La gentille prof avait pensé à apporter, pour un goûter de fin d'année, une brioche aux pépites de chocolat, des bonbons (fraises Tagada, les roses qui picotent..., et des guimauves Marshmallow ; ne prenez pas des sous-marques, ça n'a rien à voir) et de l'Oasis en boisson (à la pointe de la chimie !).

 Encore un contrôle de géographie, sur le peuplement et l'urbanisation (pff), pour le chichou et l'année civile et active va se terminant. Je crois qu'il faudrait arrêter l'école après avoir appris à lire, écrire et compter, en fait. Déjà si tout le monde, et c'est loin d'être le cas, savait faire ça, ce serait bien. Les profs de gym ont bien évolué depuis ma propre scolarité, en tout cas à ma connaissance, qui se limite pour l'instant à ceux de l'école du chichou et à sa classe de 6e. Ils sont hyper sympathiques et fins pédagogues (leur faisant faire du hockey, de l'escalade, de la danse...). Ça me réjouit et me fait terminer ce billet sur une note positive. Ce que je m'efforce toujours de faire.

We wish you a merry Christmas and a happy new year !

2012.12.19-peinture et feutres-chat-cadeau scout

Repost 0
20 décembre 2012 4 20 /12 /décembre /2012 13:40

  En recherchant mes bulletins je suis tombée sur des vestiges (résultats d'examens) de mon passé musical.

J'ai pratiqué beaucoup, pris des cours "en" conservatoire, avec Pierre Paubon, flûtiste d'un certain renom (ce que je ne savais pas à l'époque), fait partie d'orchestres (jouant l'impressionnante symphonie du Nouveau Monde de Dvorak ou l'émouvant requiem allemand de Brahms entre autres), en petites formations diverses, en chorale en tant que soprano aussi (pour le baroque Roi Arthur notamment), donné moult concerts dans moult églises (ou autres salles) de France et de Navarre (même en Suisse, tiens).

Mon rêve eut été de constituer un quatuor familial, si Mari avait joué d'un instrument, à défaut un trio avec mes enfants, mais, à ce rythme-là, seule la choute ayant l'oreille musicale et le goût pour la musique, je devrais au mieux me limiter à un duo.

Un duo de flûtes peut-être. Flûte-piano (mais il faut le faire réparer) ou flûte-guitare (mais une folk vaut-elle une classique ?) sont aussi possibles.

PC141287Comme un bijou.

La choute malade (mais pas à l'agonie), j'ai pu profiter de ma journée à la maison pour 1/ changer les draps des lits 2/ passer l'aspirateur 3/faire des cookies pour la fête de Noël scoute 4/ repasser 5/ faire une machine (et étendre le linge) (je ne sais plus tout à fait dans quel ordre j'ai fait ces épanouissantes tâches ménagères qui m'incombent habituellement les soirs de semaine ou/et les WE) 6/ scanner et retoucher (comme au bureau d'ailleurs) 7/ jouer de la flûte enfin, accompagnée cacophoniquement au piano par la choute

J'ai besoin de ma dose d'écoute de musique classique quotidienne pour me sentir bien (comme Mari avec le hard rock ; ce qui provoque quelque discordance chez nous... Tolérance rimant avec différence !) et me contente de quelques minutes en fond sonore (au pire) ; en jouer pour soi demande plus de temps ; avec les autres plus encore.

Faudrait que je me mette à 50 %, ça aiderait (on peut toujours rêver)...  En attendant, jouer du clavier d'ordinateur entretient l'agilité de mes doigts, et pour l'entretien du souffle, y a le vélo, c'est déjà ça !

PC141283

La choute a retrouvé la forme.

Repost 0
Published by Marie - dans Coups de coeur
commenter cet article
18 décembre 2012 2 18 /12 /décembre /2012 12:30

 Le dimanche j'achète souvent une tartelette aux fraises pour la choute, un extra, comme un rituel. Avant, c'était un éclair au chocolat pour le chichou. Maintenant, il préfère les barres dites chocolatées (grasses et sucrées surtout).

 Ce dimanche j'attends mon tour, quand tout à coup je me dis que ce n'est plus possible. Les prix de cette boulangerie-pâtisserie (aux magnifiques bûches de Noël qui tournent sur leur présentoir) - jusqu'à présent la meilleure question rapport qualité-prix - ont récemment flambé, à moins qu'ils n'aient lentement augmenté, jusqu'à ce/avant que leur caractère prohibitif ne me saute aux yeux. A 3,60 euros la tartelette (aux fraises surgelées ! Le prix des tartelettes aux fruits devrait fluctuer selon les saisons, non ?)  je ferais mieux d'aller à l'épicerie d'en face acheter des yaourts. Ni une ni deux, je quitte la file d'attente. Il y a la queue dans toutes les boulangeries le dimanche à 11 heures, depuis que les gens ne vont plus à la messe sans doute... Pour ce prix-là j'ai eu 14 yaourts (bradés pour cause de date de péremption dépassée ; ce qui ne nous gêne guère) et un paquet de biscuits. Certes, ce n'est pas la même chose, ça n'a même rien à voir, surtout qu'ils ne sont pas au "goût de" - ou "saveur" - fraise, mais ça fait d'aussi bons desserts.

 C'était ma dernière tartelette. Après les boucheries, les poissonneries, les fromageries, je m'éloigne des boulangeries. Faut pas pousser. Du luxe on peut se passer.

 Revenons à l'essentiel, les vraies préoccupations étant évidemment, en ce moment surtout, ailleurs.

PC151288

Elle m'a dit d'aller siffler là-haut sur la colline
De l'attendre avec un petit bouquet d'églantines

PC151289

J'ai cueilli des fleurs et j'ai sifflé tant que j'ai pu
J'ai attendu, attendu, elle n'est jamais venue

  La choute a parlé de colline alors j'avais cette entraînante chanson en tête quand j'ai pris les photos.

 Séquence nostalgie : j'ai montré des épisodes de Bonne nuit les petits à la choute conquise et des extraits de L'école des fans au chichou conquis, surtout quand le petit garçon demande à Jacques Martin d'arrêter de lui cracher (= postillonner) dessus...

Repost 0
Published by Marie - dans Sorties
commenter cet article
14 décembre 2012 5 14 /12 /décembre /2012 10:27

 On a reçu le bulletin (aujourd'hui on dit livret scolaire) du premier trimestre de 6ème du chichou par la poste le 13.12 (pour être précis). Il est tout à fait bon, no soucy, le chichou est content de lui (c'est le principal !), nous aussi. D'habitude on va "chez le chinois" pour fêter ça,  là, je crois qu'on ira goûter quelque part à Paris. Les récompenses, gustatives et conviviales, c'est toujours plaisant.

 C'est aussi l'occasion pour moi de ressortir mes bulletins scolaires, pieusement gardés pour ça, les montrer un jour à mes enfants. Histoire de ne pas avoir planché pour rien, histoire de montrer ce qui était exactement, de ne pas tricher avec la réalité ? Je ne sais pas, un "mix" de ces raisons sans doute. Le temps a vite passé puisqu'il est déjà venu celui de les ressortir...

 Avant de ce faire, je disais au chichou que dans mon école, publique, en région parisienne (contrairement à celle, privée, en Bretagne, de son père à la même époque), n'était pas reportées sur le bulletin la moyenne de la classe, et les moyennes maximale et minimale. Même la moyenne générale de l'élève pour le trimestre, ni même par matière, n'était faite. Dans un souci d'égalité ? Ces bulletins sont un peu plus "brouillons", d'autant que les appréciations étaient manuscrites, que ceux d'aujourd'hui. Mes souvenirs se sont avérés justes concernant l'absence de telles moyennes en tout cas.

 Dommage, je n'ai pas à la maison mes contrôles (Cette manie de changer les appellations, aujourd'hui, on appelle ça "évaluations", les deux mots sont également stressants, je trouve...) ou cahiers de 6e. Je pense que j'étais meilleure en orthographe que lui (qui a quand même bien progressé, mais a du mal avec les accents et les pluriels, notamment), mais j'aimerais en être sûre ! On transforme si facilement les choses passées, anciennes comme récentes. Reste que j'ai toujours adoré l'orthographe et la grammaire, ce qui n'est pas vraiment son cas. Heureusement pour lui de toutes manières, car ce n'est pas du tout dans l'air du temps.

2012.12.13-princesse Chagall  La choute est, à 4 ans et demi, loin de ces préoccupations notées, quoique. Etre sage en classe et le souci de bien faire sont déjà des préoccupations pour elle... Elle a un caractère consciencieux. On est (trop ?) sérieux et (trop ?) appliqué dans la famille, de mère en fils c'est écrit.

 NB :  on n'a pas (encore ?) les bulletins du père.

Repost 0
13 décembre 2012 4 13 /12 /décembre /2012 08:53

 En entrée, la choute a eu du surimi (acheté par Mari ; c'est lui aussi qui achète paté et autre saucisson).

Après en avoir mangé, elle se met à le dépiauter. Et voici ce qu'elle en fit : tour eiffel

Un jeu de devinettes en famille...

Elle me soufflait le début du mot pour que je gagne. C'était gentil de sa part.

Une ruche, maison, tente ? Nooon.

- La Tour Eiffel !

 

PC121276

Celle-là, c'est dur...

Un U, bol, puits ? Non.

- Une échelle pas mal cassée. Il ne reste qu'un barreau en bas...

 

arbre

 Une méduse, pieuvre, un porte-clefs ? Non.

- Un arbre.

 

PC121277Cette figure-là, figurez-vous que je n'arrive pas à me souvenir de la réponse. Je lui demanderai ce soir. Ah, un avion, je crois. Ça en a tout l'air en tout cas, non ?

 

Comme quoi, le père Noël ferait mieux de lui apporter un paquet de bâtons de surimi, plutôt que tous ces jouets fort chers qu'il est en train de mettre dans sa hotte !...

Sinon, la choute s'est mise à l'anglais. One, two, three, four, five. Surimi, c'est du japonais, je ne sais pas comment ça se dit en anglais.

Repost 0
11 décembre 2012 2 11 /12 /décembre /2012 09:38

  Il était temps. De l'écrire, sinon de la lui envoyer, au père Noël, pour ce qu'on a comme réponse... :


Un (vrai) chien

Deux copains chiens, un marron et un blanc et un noir (ça fait 3)

Un (faux) bébé cheval

Une poupée

Un (faux) bébé

Des DVD qui sont bien

Des lunettes roses (c'est déjà fait)

Des livres (je sais que j’en ai déjà plein mais quand même…)

Un petit « kèleure » (= réveil) qui est rouge.

Un bébé chat (une fille) pour moi et un bébé  chat (son frère) pour Fafa. Des vrais, noir et orange. Comme dans les Aristochats. Là, ça fait 3.

Un vrai petit ordinateur, avec un truc comme ça (souris) qui est noir et un ordinateur qui est rouge. Mais je parle quand je serai gran-de !!

Une télé. Pour la mettre dans la chambre de Fafa. Parce que dans la chambre de Fafa y a même pas de télé. Mais il faudrait un mur, hein ! Il faut bien la coller sinon elle va tomber, se casser, il faudra en racheter une autre

 2012.12.10-rennes

Rennes du père Noël. Les oreilles au vent...

 Je lui ai expliqué que le père Noël ne pouvait malheureusement pas nous livrer de vrais animaux en raison de l'inflexible autant que légendaire antagonisme paternel.

  Pour ma part, j'ai demandé des petites choses à "l'antagoniste". Et pour les grandes choses, j'espère. Car l'espoir fait vivre, comme chacun sait.

PC091266Après la crèche, le cadeau fait main pour un scout.

(Actuellement sous livres pour dégondoler.)

 En regardant Miss France, on peut faire des travaux manuels, voire ménagers... Je la trouve "réussie", cette année, la miss. On la donnait gagnante, dès le début, avant même l'émission. Ça arrive. Mais j'aurais placé Miss Martinique en second, malgré ses cheveux incoiffables.

 

 

Repost 0
10 décembre 2012 1 10 /12 /décembre /2012 09:49

C'était un week-end à thème...

PC081244

PC081245

PC081247

Guignol avait des soucis, le père Noël aussi, ils s'aidaient l'un l'autre à les résoudre. C'est beau, l'entraide, la solidarité, la fraternité immédiate... Les enfants apprécient.

PC081249

C'est le même spectacle qu'au parc Montsouris. Rodé depuis des années. Chichou l'a vu plusieurs fois quand il était petit. Le propriétaire du théâtre de Montsouris et celui du théâtre des Buttes-Chaumont ne font qu'un.

PC081250 Tout à droite, la choute.

J'avais à ma gauche un grand-père qui n'arrêtait pas de prendre des photos au flash - quand deux-trois auraient suffi, pour ne pas gêner les voisins -, et à ma droite une grand-mère qui commentait tout ce qui se passait, au cas où son petit-fils aurait été trop bête pour comprendre (?). Disons, en tout cas, qu'elle aurait pu chuchoter à son oreille, puisqu'il était assis sur ses genoux.

Les enfants adorent Guignol, sans doute d'abord tout simplement à cause de son nom rigolo, et puis parce que c'est un personnage gentil et très positif : drôle, léger, toujours gai, serviable, courageux, faisant fuir les bandits à coups de bâton...

 

PC081253

PC081254

 Pourvu qu'ils ne la rasent pas.

 

Dimanche, rebelote. Plus près, plus "cheap", mais poétique, surtout musicalement parlant.

PC091271

L'histoire était moins belle, moins forte, à base de quiproquo, c'était plutôt une pantalonnade qu'une guignolade telle qu'on en a l'habitude à l'heure actuelle. Guignol avait femme et enfant ! Du jamais vu, personnellement. La choute a aimé, mais préféré le premier, plus professionnel. Mari a détesté, faut dire que d'habitude il ne nous accompagne jamais (enfin, si, mais il reste dehors...).

Remarque "sociologico-économico-culturelle" issue de mon expérience personnelle : le public des marionnettes est essentiellement bourgeois de type européen.

 

 Sinon, rien à voir quoique, je me suis couchée tard tant j'étais intéressée par le documentaire sur Arte, sur Jeffrey-donneur-de-sperme-n° 150, retrouvé par sa nombreuse progéniture... Je ne savais pas qu'on pouvait (sans doute pas en France, c'est plus réglementé) faire don 2 à 4 fois par semaine pendant plusieurs années (ce qui lui permettait de payer son loyer !)...  Je ne savais pas, déjà, qu'aux Etats-Unis on envoyait le don, à la future possible mère, par la poste... Je ne sais pas comment on peut s'inséminer soi-même, d'ailleurs. D'où un potentiel de frères et soeurs inconnus, disséminés de par le pays (voire au-delà), qui peuvent se rencontrer par hasard sans connaître leur consanguinité... Bonjour, le danger. En tout cas, tous ces enfants uniques étaient heureux de se découvrir, via Internet, toujours plus de frères et soeurs. Et avant tout de savoir qui était leur père. C'est humain. C'est l'anonymat et les "lois du marché" qui ne le sont guère. 

Repost 0
Published by Marie - dans Sorties
commenter cet article
8 décembre 2012 6 08 /12 /décembre /2012 10:47

 Pour son album 4-5 ans, j'ai demandé à la choute, totalement investie dans la réalisation de cet album (contrairement, il faut bien le dire, à son frère avant elle) de me parler de son histoire préférée. Ni une ni deux elle a couru chercher 6 livres. Qu'elle a entrepris de me raconter.

 

 Le livre en main, elle me narra, de sa petite voix, page après page, Le loup et les sept cabris. Soyons indulgents avec la concordance des temps...

le-loup-et-les-sept-cabris.jpg 

Un jour la mère allait au bois et disait à ses sept cabris - Je vais sortir. (Je les compte.) 1, 2, 3, 4, 5, 7, euh 6, 7 ! 9… 6, 9 ! Et après elle dit au revoir à ses sept cabris. Et après eh ben elle dit - Vous ferez bien attention à le loup. Et après eh ben ils prennent tous leur déjeuner. Il y avait quelqu’un qui frappait à la porte : Toc toc. Les sept cabris disaient - Pose ta patte d’abord sur la vitre. Et il posait la patte sur la vitre. Mais ils disaient - Tu n’es pas notre mère, tu as la patte noire, notre mère n’a pas la patte noire. Mais il courait chez le boulanger.  Mets moi de la pâte sur le bras ou je te croquerai. Un jour quelqu’un frappait à la porte. Et ils disaient - Pose ta patte sur la vitre. Alors il pose sa patte sur la vitre et ils disent - Maman, maman est rentrée. Et c’était qui ? Le louuup ! Un se cachait sous le four, un autre se cachait sous le lit, un autre se cachait dans le tiroir, un autre se cachait dans le coffre, un autre se cachait dans la poubelle, un autre se cachait dans l’horloge. Et après il les trouva tous. Alors il s’endormit. Et elle dit - Où est mes sept cabris ? Tout est cassé. Elle pleure. Elle cherchait ses cabris. Mais elle voit qu’il a le ventre plein et qu’il y avait quelqu’un qui frappait, c’était les sept cabris. Va chercher du fil, une aiguille, des ciseaux. Et la maman coupa avec les ciseaux le ventre du loup. Et un cabri sortait et tous les autres aussi. Et elle disait à tous les sept cabris d’aller chercher des cailloux. Et elle recoud avec du fil le ventre du loup. Et après il se réveille et boit à la fontaine mais il tombe dans l’eau. Et tous les sept cabris dit - Le loup est mort. Lui il est déguisé en indien (je vois pas pourquoi). Et toute la famille tourne autour de la fontaine.

 

 Méfiez-vous, j'ai sous le coude 5 autres narrations enfantines...

 

Repost 0
7 décembre 2012 5 07 /12 /décembre /2012 09:27

Autant c'est intéressant de le lire

Autant apprendre ça, c'est du délire.

 Mieux que M. Jourdain je fais de la poésie sans le savoir. Encore une réflexion que je faisais au pauvre chichou qui a décidément bien du mal à avoir une maman sereine devant la récitation des leçons (Cette fois, c'était du français. Sur le style des contes.). Mais j'ai beau insister, il ne veut pas que ce soit son père qui le fasse réciter. À savoir pourquoi. Tout incombe à la mère, ravie de cette responsabilité sans doute.

 

J'ai bêtement pris le métro, par peur (infondée) de la neige verglacée, par dégoût de la "bouillasse" peut-être aussi, ah oui pour voyager avec Mari surtout (qui a fait l'effort de ne pas trop se plonger dans son journal, merci). J'ai eu bien tort, il était surpeuplé comme jamais, de gens volontiers et volontairement agressifs (histoire de se défouler, de vider à bon compte leur trop-plein de haine et de frustration), avec quelque ralentissement de surcroît. Ça m'a coûté mon joli petit parapluie rouge dit à frou-frou, de grande qualité, Accessorize acheté cet été in extremis en soldes rue d'Antibes, en plus (7 euros, au lieu des 23,50 euros que je vois sur leur site ; c'est le père Noël qui va "casquer"...) . L'intérêt en vélo, c'est que je perds moins de choses que dans le métro (J'y ai laissé il y a  peu un chapeau aimé.), et que je ne suis importunée ni par les usagers (comme on les appela) ni par le poids d'un sac. Sac qui ne ferme toujours pas, voilà le "blème". Est-ce ma faute à moi si on m'offre des sacs qui ne ferment pas ?...

 

 Les enfants étaient bien sûr ravis de ces premiers flocons. Le chichou, spectateur de la météo la veille, avait même programmé la sonnerie de son réveil plus tôt dans cette expectative et s'est levé d'un bond ; pour qu'il se lève ainsi, fasse qu'il neige tous les jours ! La choute, je l'ai portée jusqu'à l'école, pour que ses chaussures (et, par-delà, ses petons éventuellement) ne soient pas trop mouillées. On aurait pu mettre les grosses bottes, mais en classe il fait si chaud. Paraît que quand leurs joues sont trop rouges on leur ôte d'office leurs vêtements... La choute a un tee-shirt à bretelles sous son pull à col roulé, heureusement (?)

lapinbleua

 

  Portrait du doudou emmené aujourd'hui dans le cartable.

Pas trop vêtu, lui, ça va aller.

Repost 0
6 décembre 2012 4 06 /12 /décembre /2012 08:42

 À la maison, souvent, au moins une fois par semaine, je fais des gâteaux. Mes enfants y sont tant habitués qu'ils préfèrent les gâteaux en paquets achetés dans les épiceries ou les mauvais (et trop chers) gâteaux des boulangeries-pâtisseries. Le plaisir d'acheter/de choisir y est pour beaucoup sans aucun doute. J'aime bien quand des copains de mes enfants viennent goûter, ils sont un tantinet moins blasés de ce côté, trouvent toujours tout bon (mais il faut leur demander, ils n'ont pas le compliment spontané, faut pas pousser) et sont plus voraces assurément.

 Au bureau on n'arrête pas de revenir sur des décisions (même prises il y a longtemps, que personne sauf moi-bête-comme-une-oie, mais pas méchante, a suivi), les atermoiements sont autant de sources de découragement pour les Pénélope que nous sommes devenues. Sans Ulysse en vue en plus. 

 À la gym, une maman de petite gymnaste, ô surprise, me parle. Rien d'anormal, c'est une Espagnole. Les Français, en général, n'ont pas la parole si facile. Comme si c'était déjà trop donner que de parler.

 À l'école, au collège notamment, on enseigne aux enfants n'importe quoi, trop de choses sans grand intérêt qui encombrent temporairement leur esprit et gaspillent leur temps. Le cours de technologie sur lequel le chichou ma demandé de l'interroger hier soir en vue d'un contrôle aujourd'hui m'a laissé pantoise. Pour les contrôles il se doit d'apprendre des définitions dont il ne se souviendra pas après-demain. Qu'il peut être intéressant de lire, d'entendre, mais aucunement d'apprendre. Que l'on apprenne le nom des pièces qui composent un vélo, je veux bien (Moi-même n'en sachant rien, mais le regrettant ; ce qui ne m'empêche évidemment pas d'utiliser l'objet quotidiennement, mais quand même, je suis pour l'idée de vivre et de mourir cultivé. Et amère en pensant que la culture s'évapore une fois mort.), mais les à-côté sont inutiles. De mon temps, au cours dit de travaux manuels, on faisait des choses de nos mains, des classeurs, cahiers, boîtes, coussins et autre macramés... Que j'ai pour beaucoup conservées et que j'utilise encore aujourd'hui.

 Franchement, de la maternelle à la terminale, je pense qu'ils pourraient sabrer de moitié les programmes sans que les enfants soient moins instruits à la sortie. Qu'ils feraient mieux d'axer sur et de répéter les choses essentielles pour qu'elles soient bien sues et d'éviter de délayer à n'en plus finir sur des sujets trop pointus, faire plus la part des choses entre le grain et l'ivraie en gros. Sans parler de l'incohérence de l'enseignement en histoire (sujet chronologique s'il en est). L'année dernière le chichou en CM2 était arrivé à Napoléon, cette année il est dans les civilisations antiques (Remarque, il y a peut-être comme un lien.). Et surtout de faire plus de choses de leurs mains et avec leur imagination, dans le domaine des arts et du sport. Il est plus facile, et bête, de rajouter une matinée d'école, quand d'autres l'ont enlevée (comme pour les tramways, ça va, ça vient... Je ne vous parle pas des bouchons aux portes de Paris, je m'égarerais là.). Ceci dit, l'école ainsi faite, c'est peut-être pas la panacée, mais c'est comme la démocratie, vaut mieux ça qu'autre chose.

 

 Sinon Mari ne sera jamais un bon photographe, je le crains. J'aurais dû épouser un photographe, ou un dentiste, voire un orthodontiste, tiens, ça peut servir...

 

Pic 1124 047a 

 

 

 

 

Repost 0