Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  • : Ras-le-pompon
  • Ras-le-pompon
  • : A Paris et alentour, voire plus loin, écrits, photos, dessins, par Marie et ses chichoux.
  • Contact

singesa.jpg  

Archives

6 février 2012 1 06 /02 /février /2012 20:26

 Eh bien voilà, erreur de jugement de ma part. La plus négative ne fut pas celle que j'aurais cru. Plus constructive et diplomate fut la maîtresse de la choute, qui a remarqué la précision hors norme de son coloriage et a été dithyrambique sur ce qu'il est convenu d'appeler, dans le milieu éducatif et parallèle, sa "motricité fine". Mais c'est dingue comme dès la 1ère année de maternelle maintenant on est dans l'apprentissage des savoirs et leur évaluation (acquis, en cours d'acquisition, non acquis). Fut un temps où l'école ne commençait qu'à 6-7 ans, et je n'ai pas ouï dire qu'on s'en portait ou sortait plus mal. Au contraire, peut-être.

 Moins tendre qu'en apparence, la maîtresse du chichou fut plus abrupte, dans la manière comme dans le fond. Digestion et conjugaison furent des points d'achoppement entre nous... Je sais..., restons obscurs sur le sujet, il a conduit aux excréments... Tellement avare de compliments (plus que sur le livret) qu'elle a cru bon de terminer par un "Je ne me fais pas de souci pour lui pour la 6e, hein !". Heureusement, vu qu'il est de ceux qui travaillent le mieux, hein... Je me demande (sans trop oser leur demander) ce qui est dit aux parents des élèves qui ont de moins bons résultats.

 Il paraîtrait, depuis longtemps, toujours ?, que les jeunes ne lisent pas assez, qu'il faudrait qu'ils lisent plus. Mon fils est un féru de lecture (l'une des sources de la richesse de son vocabulaire et de ses connaissances - Il rêve de posséder plus tard l'une des plus grandes bibliothèques du monde !). La première de sa classe répugne à ouvrir un bouquin, m'a confié sa maman. Ça lui fait trop penser à l'école (sic)... Aimer les livres, les écrivains, les mots, ainsi que les sources documentaires de toutes sortes n'est pas inscrit, en toutes lettres, au programme de quelque classe que ce soit. N'est pas une qualité requise à l'embauche non plus. Pourtant, ça ne ferait peut-être pas de mal. C'est juste un fait, une idée dont on parle comme ça : Votre enfant aime lire (sonnant comme une étrangeté des fois) ? Quelle chance (?) vous avez, c'est bieeen. L'air entendu.

 C'est bien de lire. Comme une idée reçue. C'est bien pour qui ? Pour quoi ? Pour le plaisir ? Se divertir ? Et/ou acquérir des connaissances ? Du savoir et de la sagesse ? Tout ça à la fois ? En tout cas, force est de constater que la lecture, le fait de l'aimer, de la pratiquer souvent, même si cela est valorisé dans la conversation courante n'est pas vraiment, concrètement, reconnu comme quelque chose de "porteur" dans la vie sociale. Le temps des salons est révolu. Reste des milieux intellectuels, élitistes, voire parisianistes, restreints. Dans lesquels le monde se refait mais qui ne font pas forcément le monde.

 Quoiqu'il en soit, on ne le redira jamais assez, l'éducation scolaire à force d'être dans l'évaluation de ses matières est trop formatée et normative pour être propice à l'épanouissement du "petit d'homme" en apprentissage. D'ailleurs, selon moi, ils ne vont pas tarder à rebaptiser l'Ecole Maternelle qui n'a plus grand-chose de maternant, mais a tout d'apprenant (Je me répète, mais si vous voyiez le programme pédagogique, si pointu et détaillé, de la première année de maternelle !), en Ecole des Premiers Apprentissages à ne pas Louper Surtout. Enfin, j'espère qu'"ils" trouveront plus court...

 Mais bon, s'occuper d'un groupe d'enfants, on le comprend, n'est pas chose aisée... Mieux vaut un bon précepteur.

 La prochaine fois, ras-le-bol, c'est Mari qui s'y colle. Il a la peau tannée, lui. 

calvinreading

 


 

Repost 0
3 février 2012 5 03 /02 /février /2012 20:28

 Mari se défausse (L'opprobre sur lui !). C'est donc entre filles que nous irons, ce samedi matin, aux entrevues avec les institutrices. Celle de la choute, celle du chichou. Vu le froid, je ne comptais par sortir du tout... Heureusement, ce n'est pas trop loin (mais la rue est un vrai courant d'air comme nulle autre environnante !). Normalement, je ne devrais pas être accompagnée de l'élève, ce me semble. Mais tant pis. La choute reconnaît déjà bien les lettres de son nom, sait en écrire, je la trouve bien dégourdie, pour ses 3 ans et demi. Et puis elle est si gentille et si sage, si volontiers active, créative, et affectueuse avec ça (Elle a fait des dessins et des mots d'amouuuur à sa maîtresse.), etc. Son institutrice va-t-elle m'en/l'en féliciter ?

 Sans être défaitiste, je crains bien que non. Mon expérience, la mienne propre, lointaine, celle vécue via le chichou, plus proche, tend à me montrer que les instituteurs ne sont pas forcément du genre positif et constructif. Le chichou a eu droit à deux institutrices possédant ces belles qualités, l'une est partie en congé maternité en milieu d'année, l'autre l'a accompagné pendant deux ans (d'épanouissement). Reste quatre instituteurs/trices (et plus, car il y a eu des temps partiels) chez lesquel(le)s ni lui ni moi ne les avons spécialement détectées. Ils/Elles avaient plutôt tendance à pointer la faute, chercher la critique à faire, aussi sage et travailleur que fut l'enfant.

 Bref, je me demande de quel bois sont faites celles de cette année. J'ai déjà ma petite idée, puisque je les connais un peu maintenant. Mais on est parfois surpris, un peu...

 Après on rentrera, quoiqu'il en soit, vite se réchauffer, la choute et moi, peut-être finir la pâte à crêpes, confectionnée jeudi soir... Là, j'ai une critique à faire... : mes enfants ne sont pas des gros mangeurs ni des fins gourmets. OK. Mais ça fait que les cookies maison (très bons), faits avec amour le mercredi, posés en évidence au milieu de la table du goûter, sont sans vergogne ignorés, voire méprisés, pour ceux industriels sortis prestement du placard... Quid des crêpes maison, aussi petites et jolies (et bonnes) soient-elles ? Elles sont à peine regardées, tout juste goûtées... Frustrant, et grossissant pour les parents. Enfant j'ai souvent entendu : " Tu n'aimes pas ? Tu n'en veux pas ? Tant mieux, ça en fera plus pour les autres !" Et d'imaginer ou de voir les autres se régalant de ce que je dédaignais. Parfois, irrépressiblement, bêtement, ça me sort. Eh bien, ça ne marche toujours pas vraiment, cette réflexion. Ça culpabilise, c'est tout.

  wormwood

 

Calvin, être d'exception - original, plein d'imagination, par excellence -, est particulièrement

inadapté à l'école, ou plutôt la rigidité du système scolaire est inadaptée à lui...

À qui est-elle adaptée d'ailleurs ? Il y a simplement ceux qui ont les facultés propices

à s'adapter et ceux qui ne le peuvent ou veulent pas.

Repost 0
2 février 2012 4 02 /02 /février /2012 20:16

  J'ai eu beaucoup beaucoup de mal à poster cet article, mis beaucoup de temps et de jours, car Overblog marche mal pour moi en ce moment... Chacun son tour.

 Conjonctivite et otite se sont donné rendez-vous chez la petite. Je suis restée auprès d'elle à la maison. Pour du repos bien nécessaire et mérité. Et quelques activités essentielles : on a joué à la Barbie, qui s'habille, se déshabille, se rhabille, s'occupe de ses bébés, fait des courses alimentaires et autres, reçoit la visite du père Noël et d'un monstre qui leur vole tous les cadeaux reçus puis qui les rend sous la menace... On a rempli des albums de dessins et de peintures annotés. Même malade, elle ne manque ni d'envie, ni d'énergie. Elle s'est cependant endormie devant Mary Poppins, pas moi. Je trouve ça vraiment bien, de mieux en mieux même...

mary poppins  Mon moyen de locomotion est loin d'être un parapluie magique et s'approche plus du cheval de bois. On en parle dans les journaux mais c'est loin d'être encore fait (ça se fait dans d'autres pays) : je serai peut-être, avec d'autres cyclistes (5 % des Parisiens utiliseraient le vélo, je ne sais à quel rythme exactement. En tout cas, plus, ce serait trop, la chaussée parisienne est saturée.), indemnisée pour mes trajets journaliers de travailleuse salariée. Serais preneuse, même pour pas grand-chose, c'est toujours ça de pris !, et à la sueur de mon front encore.

mary poppins 2  Suis surtout preneuse pour les autorisations, évoquées elles aussi, à brûler le feu rouge (Les bolides qui nous entourent ayant un démarrage plus fulgurant et un cheminement éminemment plus rapide...) pour aller à droite, voire même pour aller tout droit d'ailleurs, quand il n'y a pas de carrefour, et pas de piéton sur le passage à niveau, s'il vous plaît. Je suis en colère quand je vois des cyclistes débouler sous le nez d'un piéton qui traverse, l'ignorant ou le considérant comme quantité négligeable (comme certains automobilistes considèrent les vélos *), au risque de le renverser, sans même l'avoir vu, sans s'en rendre compte. On ne peut pas rouler en étant indifférent à l'entourage, c'est insupportable, ça ! L'indifférence à l'environnement pouvant également émaner du piéton suicidaire, plus fréquent qu'on le croit, qui traverse n'importe où sans regarder, se fiant à sa seule ouïe (alors que le vélo est malheureusement du genre danger silencieux) ou, pire, à sa bonne étoile... Mieux vaut, pour tous et chacun, ne pas être dans la lune ou dans sa bulle quand on sort dans la jungle urbaine. Les routes de campagne n'ont pas l'air très sûres, non plus, ceci étant.

mary poppins 3  Quand un cycliste est verbalisé parce qu'il roule, plutôt lentement, sur un trottoir hyper large (avenue Daumesnil, par exemple), sans être un réel danger pour personne, je trouve ça injuste au possible. Légal, sans doute aucun, mais la légalité, on le sait, n'est pas toujours juste. En revanche, je ne suis pas franchement pour les sens interdits autorisés aux vélos. Souvent, il s'agit  à Paris de rues étroites, ces vélos à contresens sont coincés entre les portières... A penser que c'est juste un "coup" du maire pour embêter les voitures, une idée fixe chez lui qui ne doit être cependant ni un cycliste averti ni un habitué des transports en commun. Les trop larges trottoirs, dans le même ordre d'idée, je trouve ça stupide itou et laid en plus. Si seulement ç'avait été fait dans l'idée de rajouter beaucoup d'arbres, ç'eût été moindre mal. Mais je crains que ça ne vise que le ralentissement de la circulation et, de manière perverse, n'induise l'augmentation (moteur stagnant) de la pollution.

 Ne parlons pas des personnes qui se déplacent en patins à roulettes rebaptisés rollers. Ils sont rejetés des piétons comme des véhicules motorisés, ce sont des personnages non grata et non identifiés, je les plains, c'est peut-être pour cela qu'on en voit moins, je trouve, dans Paris... C'est dommage, parce que les trottoirs larges sont faits pour eux finalement.

mary poppins 4  Bref, de la rigueur dans la conduite, de chacun, mais aussi de la souplesse intelligente et de la tolérance, sachant qu'on occupe des places interchangeables (l'automobiliste est un piéton dès qu'il descend de sa voitures, et vice-versa, etc.), chacun pourrait donc facilement se mettre à la place de l'autre, merci !

mary poppins 5

* En gros, jusqu'à présent, en tant que cycliste on est considéré comme ayant les mêmes devoirs que les conducteurs d'engins motorisés mais pas forcément, par eux en tout cas, comme détenteurs des mêmes droits (Il n'y a qu'à voir comment certains nous ignorent superbement, nous serrent à droite, ou nous font des queues de poisson, etc.), ce qui est particulièrement énervant et potentiellement mortel en plus.

 


 


Repost 0
Published by Marie - dans A la maison
commenter cet article
23 janvier 2012 1 23 /01 /janvier /2012 20:03

Après les soldes et la foule, une petite pause culturelle,

calme et belle, au centre d'expositions de notre ville.

 

P1210019

Sculpture d'un oiseau décharné aux grandes ailes en activité

(je ne sais pas comment ça marchait ; le vent ?...).


P1210024a

 La choute aime aller au plus près des oeuvres. Cette petite fille, en bronze sculptée, aux chaussures rouges et à la corde à sauter l'a logiquement attirée. D'autant qu'elle aimerait savoir sauter à la corde.


 Les oeuvres étaient d'inégale qualité. Et les prix fixés par leurs créateurs d'inégale valeur. Mari dit que ça ne veut rien dire (les prix ainsi fixés), je ne suis pas d'accord, pour moi ça veut dire beaucoup (question humilité) !

P1210026

La DS me rappelle des souvenirs...

Le jeu d'ombres et de lumière sur celle-ci la rend encore plus belle.

 

P1210033aChevelure et fessier imposants.

 

P1210034a

Au plus près des oeuvres, vous dis-je.

Magnifique résine, quasi digne du musée Cernushi.

  P1210036

Simple, mais efficace.

 

P1210040

Attirée par la longue dame blanche.
Je peux ?

 

P1210042

Pour la choute, la dame était une danseuse,

et comme elle elle voulait danser.

 

P1210046Simple, mais efficace (grand tableau).

 

P1210049Pas de surveillance, pas de monde, la liberté.

Repost 0
Published by Marie - dans Sorties
commenter cet article
22 janvier 2012 7 22 /01 /janvier /2012 19:56

Disney certes, Warner Bros (Bugs Bunny and co, Daffy Duck, Bip Bip et Coyote, etc.) bien sûr, Hanna Barbera (Tom & Jerry) non moins. Mais MGM et Tex Avery, que la choute a choisi de regarder ce dimanche, là, "respect total". Une cassette VHS, en VO, en plus. Je vois, en rangeant le volume 3 : mars 1946-septembre 1947. Là, le volume 6, septembre 1950-septembre 1951, la tient éveillée pendant l'heure supposée de la sieste. Plus de 60 ans et pas une ride, ça tient du miracle, du talent, de l'inventivité, l'intemporalité du génie, l'efficacité universelle du gag, la perfection du trait, la fluidité de l'animation, que sais-je encore. Mettez n'importe quel enfant, de 7 à 77 ans (et plus) (D'ailleurs, ils devraient en passer dans les maisons de retraite.), devant un dessin animé de Tex Avery, je vous garantis qu'il ne s'endormira pas, ou peu s'il est hypersomniaque.

tex avery

Couverture du volume 3,

où le loup n'arrive pas à se débarrasser de Droopy.

Repost 0
Published by Marie - dans Coups de coeur
commenter cet article
20 janvier 2012 5 20 /01 /janvier /2012 20:53

 Chichoute continue dans la couleur. Maîtrise le coloriage.

2012.01.17-feutres-coloriage poisson

 Chichou continue dans le graphisme, y ajoutant une pointe bienvenue de couleur, et développe son univers de science-fiction personnel.

2012.01.19 feutres fins

Repost 0
Published by Marie - dans Coups de crayon
commenter cet article
19 janvier 2012 4 19 /01 /janvier /2012 14:16

Du travail... Ça me fait penser à :

  "J'en ai ras-le-bol d'avoir une maman. J'en ai assez. J'en ai ras-le-bol d'avoir un papa, un frère." Ainsi parlait la choute hier. Elle est à l'âge béni (3 ans et demi) où elle parle, en zozotant légèrement, sans s'arrêter, utilisant un tas de formules entendues sans en avoir compris le sens exact.

  Ainsi, journée faste ce fut hier, elle m'a dit aussi, dans la rue, quelque chose du genre : "Tu n'es pas un gros c*nnard [Je me demande où elle a entendu ces mots-là...]. Tu es une gentille maman." Ouf. Le chichou - qui est lui est plutôt à l'âge (il a 10 ans) où l'on croit que tout le monde vous regarde, s'intéresse à vous, vous juge, à l'âge où l'opinion d'autrui, aussi inconnu soit-il, compte, où l'on ne veut pas sortir du rang, dépasser d'un cheveu - ne savait plus où se mettre.

 Vu que sa soeur est à l'âge du spontané et du sans-gêne, en tout cas sans fausse honte/faux semblant (on l'envie), ça s'équilibre, et je dois jouer à l'équilibriste entre eux. Les enfants grandissent certes, mais n'ont, le plus souvent, pas le même âge au même moment... D'où une "adaptation à géométrie variable" pour les parents...

 Tout le temps la choute me dit "Maman je t'aime de tout mon coeur." Mais heureusement, ça, elle a l'air d'en comprendre globalement le sens. Elle aime utiliser le mot "coeur" uniquement pour les filles. Elle n'aime pas son papa de tout son coeur, notamment parce que c'est un garçon.

  fleurs en coeur

Les histoires de coeur et de fleurs, c'est bien connu, c'est pour les filles...

Repost 0
18 janvier 2012 3 18 /01 /janvier /2012 21:02

 Chichou s'est fait un sandwich à deux étages (trois tranches de pain de mie), il n'était pas peu fier, comme à chaque fois. Je n'étais de cuisine que pour faire griller le pain (il préfère), cuire la viande (pas trop mais quand même) et poser tous les bons ingrédients sur la table : tomate, cornichons Malossol, coeur de laitue, Ketchup, moutarde. Oui, je l'avoue, toute honte bue, le mercredi, c'est sandwich, à la maison ou ailleurs. + biscuits apéritifs, sucrés, chocolats divers. L'aîné est content de se fabriquer son mets. A la cadette je propose elle dispose, picore ici et là.

 A Télématin, la chroniqueuse santé a évoqué une fois encore les vertus du poisson (gras = saumon, thon, maquereau, sardine) ; à raison de deux fois par semaine minimum, ce serait "garde-fou" à la maladie type Alzheimer. Mais pas de risque 0, insiste-t-elle, s'il est dit qu'on aura cette maladie on l'aura, manger du poisson peut simplement retarder son arrivée. Bof. Je crois que je vais continuer le sandwich, plutôt à la viande pour les enfants, simplement aux légumes ou au fromage pour moi.

 J'aime bien le poisson, mais je prône surtout les vertus du sandwich, moi, surtout le mercredi midi, en tant que salariée à 80 %, restant chaque semaine avec mes enfants. Ne pas passer de temps à préparer le déjeuner nous permet d'en passer plus à se faire des bisous, ou à s'engueuler... Là, ma choute vient de me crier (depuis les toilettes) : "Maman tu sais, tu es gentille et jeune (Elle croit que c'est un synonyme de gentil... Ca m'a un peu déçue, de fait.) ! Tu sais je ne suis pas (plus, en fait) amoureuse de toi mais je suis amoureuse de P. Fafa (son frère), il est amoureux de toi, parce qu'il trouve que t'es jeune." Manger des carottes, ça rend aimable, disaient mes grands-parents. En voilà une bonne vertu, tiens.

calvin at dinner

 


 




Repost 0
17 janvier 2012 2 17 /01 /janvier /2012 21:03

 Quand quatre vélos sont arrêtés, à côté des voitures, le long du trottoir, à un feu rouge et qu'un cinquième, pas forcément rapide, les dépasse et brûle le feu, qu'en penser, sinon que ce cycliste est bien individualiste (si l'on ne veut pas utiliser un mot plus grossier) ?

 Quand le temps est froid et ensoleillé, pas pluvieux pas même bruineux, qu'en penser, sinon que c'est mieux, en tout cas pour les cyclistes.

déco

 Afin de mieux penser (sic), voilà que je me remets, le soir - les enfants faisant leurs devoirs, leurs dessins, me parlant, me sollicitant, tonitruant... Pas évident ! -, aux mots fléchés, au Sudoku et, si j'ai le temps et l'intelligence suffisante, un peu aux mots croisés. Vu qu'il y a les trois sur la même page du journal que je lis en diagonale auparavant - On ne peut pas tout faire, lire et jouer. Il paraît que ce type d'activité intellectuelle est un garde-fou à la maladie d'Alzheimer. Je n'en crois rien. Ou alors Thatcher et Chirac n'ont pas eu autant d'activité intellectuelle que l'on suppose. (N'empêche, faut pas être superstitieux, ça porte malheur...) J'apprécie de moins en moins les statistiques, dans lesquelles les médecins, ou consorts, sont prompts à nous faire entrer. Les statistiques, on leur fait dire ce qu'on veut, il n'y a rien de moins fiable, elles sont bien trop soumises à des paramètres non pris en compte notamment lors de leur relevé.

    Je serais plus nuancée sur l'intérêt des probabilités. Il est fort probable qu'un jour je... Il est fort improbable qu'un jour je... En revanche, je n'ai pas d'idée, cet instant, sur mes probabilités (potentialités ?) personnelles et de toutes manières je me leurre souvent. Exemple : il est fort probable que j'aille courir les soldes ce week-end et que j'y trouve mon bonheur. Illusion. Espoir ?

calvin et hobbes s'enfuient

Repost 0
16 janvier 2012 1 16 /01 /janvier /2012 21:16

pete hawley-bébé Vu une émission, encore une ! (Et toujours tôt le matin !) Enfin, une bribe... C'était sur un sujet des plus passionnants : les enfants... Leur place au sein de la famille, les rapports avec leurs parents. A travers des films documentaires français de diverses époques. C'est toujours intéressant, les archives.

 Il y avait un enfant qui tenait un carnet secret recensant ses désirs de vengeance contre ses parents jugés trop autoritaires. Avec des chiffres correspondant à la force de son désir, 4 étant le niveau le plus élevé, était-il tout fier d'expliquer. Il avait environ 10-12 ans, était plutôt mignon, tout sourire, l'air intelligent, vif, il n'avait pas froid aux yeux mais m'a fait un peu froid dans le dos. Un autre, âgé de 27 ans, vivait chez ses parents, entre un père impatient de profiter de sa retraite tranquille - c'est-à-dire sans enfant à demeure -, râlait-il, et une mère heureuse d'être toujours si utile au bien-être quotidien de sa progéniture, jubilait-elle.

pete hawley-petit garçon  La particularité avec les enfants, c'est, par définition, qu'ils grandissent, tout simplement. D'une année à l'autre, d'un mois à l'autre, d'une semaine à l'autre, voire d'un jour à l'autre quand ils sont bébés, vous n'avez pas affaire à la même personne. Leurs besoins, goûts, envies sont en constante évolution, leur comportement aussi, même si les grands lignes de leur caractère sont déjà présentes dès tout petit. Les parents, êtres peu changeants s'il en est (sinon vieillissant), doivent faire preuve d'une capacité d'adaptation inouïe, je trouve. Entre un tout petit qui a besoin de vous pour vire du matin au soir et du soir au matin et un pré-adolescent, adolescent ou jeune adulte à la recherche de son indépendance, faut, par force, s'adapter... 

pete hawley-adolescents

 L'accompagner vers une autonomie épanouie, tel est notre but officiel ; garder pour toujours son amour, son affection, son soutien, comme il est assuré des nôtres, tel est notre/mon but sous-entendu...pete hawley-petite fille

 Le fait que la petite enfance, et ses charmes : candeur, innocence, spontanéité des élans du coeur, ne soit qu'un court passage me fend le coeur et me rend nostalgique même avant l'heure. C'est pourquoi j'aspire à trouver ce qu'il en reste chez les êtres que je côtoie. C'est pourquoi je serais sûrement heureuse de renouer le fil de l'enfance avec des petits-enfants un jour futur.

Pete Hawley, à gogo, pour les illustrations.

Repost 0
Published by Marie - dans Coups de coeur
commenter cet article