Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  • : Ras-le-pompon
  • Ras-le-pompon
  • : A Paris et alentour, voire plus loin, écrits, photos, dessins, par Marie et ses chichoux.
  • Contact

singesa.jpg  

Archives

24 février 2010 3 24 /02 /février /2010 20:30

Pour laisser la choute et le chou (abrégeons) à leur nanny ravie je travaille, exceptionnellement, le mercredi... Longtemps que ça ne m'était pas arrivé (je sais, j'ai de la chance, mais j'aurais encore plus de chance si je pouvais prendre un congé parental ! J'ai tendance à voir, mais en suis consciente, ceux qui ont plus et pas ceux qui ont moins...). Bref, j'ai peur (Enfin c'est un bien grand mot !) d'être exceptionnellement fatiguée en fin de semaine, après 5 jours de travail salarié d'affilée, d'autant qu'on ne dort pas assez.
Quand Chichoute dort bien je me réveille quand même, comme programmée. Et la nuit dernière je n'ai pas arrêté de me lever pour lui remettre ses drap et couvertures qu'elle repousse avec ses pieds (Elle était jusque-là engoncée dans la gigoteuse, qui fait cocotte minute quand elle a de la fièvre.).
Pour parler d'autre chose que de sa santé, parlons de la mienne... Mon oreille ("otitée" par le même virus virulent) étant bourdonnante depuis trois mois... Je suis retournée voir un médecin... Laquelle a trouvé mes tympans brillants comme il faut (et redit que le bruit risquait de perdurer...), et m'a prescrit (sans doute parce que j'avais l'air demandeuse) des gouttes. Eh bien, les gouttes m'ont sensiblement d'un coup atténué le bourdonnement, mais fortement accentué la sensation de bouchon... On ne sait plus quoi faire à ce rythme-là !
Pour parler d'autre chose que de notre santé, parlons des collègues mal embouchés. Parlons peu, parlons bien, il y en a qui sont de moins bonne composition et compagnie que d'autres. Je ne citerai pas de nom... Mais ce n'est pas étonnant que ces personnes ne se plaisent nulle part. Le problème, je trouve, c'est qu'elles sont persuadées que c'est de la faute des autres. La faute étant rarement (mais parfois oui) complètement unilatérale quand même. Il y en a qui en vieillissant continuent à boire le vin sans eau. J'en suis, remarque, mais là c'est au sens propre, pas au figuré, au figuré j'ai mis beaucoup d'eau.
Sinon, quand on voit (dans ces émissions sur la 6 avec l'agent immobilier charmant qu'on a envie d'avoir comme copain) combien les gens peuvent mettre pour des achats immobiliers de moindre qualité, on ne s'étonne pas que les prix aient ainsi exponentiellement augmenté, atteignant des sommes astronomiques incroyables. C'est bien simple, on ne paye plus du tout le produit, on ne paye que (pour) le lieu où il se trouve. J'ai beau mettre de l'eau dans mon vin, je trouve ça dingue.
En ce moment, je travaille sur Versailles.

LA FOSSE Charles de-Le char d'Apollon-plafond-salon d'ApollPlafond du salon d'Apollon, par Charles de La Fosse,
 Le char d'Apollon.


Voilà un beau "produit", de caractère,
 un peu chargé en décoration, je vous l'accorde,
 et difficile à chauffer sans doute. A voir.

 

Repost 0
23 février 2010 2 23 /02 /février /2010 20:29

Je les ai appelés toute la matinée (enfin à peu près toutes les demi-heure de la matinée pour être exacte) et ils ont bienheureusement fini par répondre. "Ils", c'est le service des consultations ORL de l'hôpital Trousseau. "Elle est déjà venue ?" Oui, pour naître, mais pas pour consulter. Le rendez-vous est pris pour dans trois semaines (encore un jour de congé à poser). Je suis contente, je m'attendais à pire comme délai.

Ceci dit, je ne sais pas si je patienterai sans l'emmener voir un ORL en ville avant... Dans deux jours on voit un généraliste remplaçant (Sont tous aux sports hiver, pff. Les rues de Paris sont vides, enfin presque !). Quant aux jours de "congé enfant malade", ils filent, j'ai droit à 6 par an, ça ne paraît pas énorme (sauf pour ceux qui n'ont pas d'enfant) surtout quand votre enfant est malade en fait.

Chichou dit souvent "en fait", son grand-père lui fait la guerre mais il ne peut s'en empêcher.
Au fait, il paraît que le lait de chèvre, c'est mieux que le lait de vache. En tout cas, ça coûte plus cher, ça c'est sûr. C'est l'homéopathe qui nous l'a conseillé pour Chichoute-malade.

hopital trousseau

Depuis lundi, frère et soeur sont gardés par leur nanny venue expressément de la terre bretonne pour s'occuper d'eux cette semaine. Chichou était ravi (Il joue avec elle au Blokus, faudrait que je ressorte les Mille bornes maintenant qu'il a grandi et passé à l'école son permis Piéton...), il connaît bien et aime beaucoup sa nanny. Chichoute l'a oubliée depuis la dernière fois qu'elle l'a vue, il y a x mois. Et la chichoute est assez longue à apprivoiser.

Du coup, elle reste - devant sa nanny-gentille - méfiante et circonspecte. Elle accepte peu à peu de jouer avec elle, de rigoler avec elle, mais moins facilement qu'elle s'occupe d'elle. Et le temps qu'elle mette à l'accepter Nanny s'en sera allée !

Dommage, vraiment dommage, que Nanny n'habite pas à côté. Elle garderait volontiers la chichoute, alors familiarisée, en lieu et place de la crèche.

Repost 0
21 février 2010 7 21 /02 /février /2010 20:37

SOS

Un week-end fiévreux, pas de sortie ou si peu. En fin de week-end, l'Advil faisant de moins en moins d'effet, on appelle SOS Médecins.

Dès que je l'ai vu arriver j'ai senti l'oiseau de mauvais augure.
On expose/résume le cas de Chichoute, l'(es) otite(s) dont elle ne sort pas et les litres d'antibiotiques ingurgités de plus en plus en vain. " Elle va en crèche ? Ben voilà (Sous-entendu : tout est dit !). Faut trouver un autre mode de garde. On n'élève pas les enfants comme des poulets en batterie. Oui, son audtion est en jeu. " ... Gloups.
Je ne trouve pas ça culpabilisant. Puisque (de) moi-même j'aimerais la garder à la maison. Parce que je trouve que les enfants, jusqu'à 3 ans au moins, le "méritent" et parce que j'aime  passer du temps à materner mes enfants.
Mais j'ai évidemment trouvé ça très "flippant" ! Ce médecin était particulièrement inquiétant et par son attitude, pas vraiment affable et volontiers prétentieuse, et par son discours, pessimiste ou réaliste.
N'empêche, c'est le premier qui me dit que nous devons reconsulter dans deux-trois jours pour voir si l'antibiotique fait effet, car, explique-t-il, on sait au bout de deux jours (et non pas au bout de 10 ou 15 ou plus) si un antibiotique est efficace ou non, et si non il faut en changer tout de suite.

Ce que je voudrais enfin trouver, c'est un médecin, spécialiste ou non, qui veuille vraiment guérir, par un suivi régulier et approfondi, son patient !

DSC08591aEn médicaments, on est pourvus...
Repost 0
Published by Marie - dans A la maison
commenter cet article
20 février 2010 6 20 /02 /février /2010 20:30
Le premier jour des vacances de février était programmé notre retour, à Chichou et à moi, au musée du Louvre. Auquel nous n'avions rendu visite depuis... L'automne.
Direction les peintures françaises, cette fois. Le second étage, un bout de l'aile Richelieu, et l'aile Sully dans sa totalité (des salles agréablement peu fréquentées le samedi matin - pas comme le métro, trop fréquenté à toute heure !).
Chichou est toujours content de se et me rappeler que plus jeune, au temps de mes études supérieures, je les ai gardées, le soir tard, avec plaisir et intérêt, les oeuvres du Louvre.

DSC08559aIl a pris son petit carnet pour noter ses tableaux préférés. La Grande Pieta ronde attribuée à Jean Malouel ne faisant, contrairement aux apparences, pas partie de ceux-là.

DSC08563aIl y a des peintures dont je connais bien les reproductions (pour travailler avec) mais que j'imaginais un peu plus grandes pour ne pas les avoir encore regardées en réalité. Comme le diptyque des Matheron (18 x 13 cm) de Nicolas Froment. Vers 1475. Portraits de René d'Anjou, roi de Sicile, et de sa seconde femme, Jeanne de Laval.

Réactions et considérations critiques quant aux portraits connus : Chichou a trouvé Charles VII (au visage mou) très moche et le portrait de François 1er (au costume soyeux) très beau.

DSC08571aCes portraits-là (nombre sont de Corneille de Lyon), je savais qu'ils étaient petits, et encore pas tant que ça pour certains, mais richement encadrés. Nous sommes là dans la petite et sombre salle 8, salle des peintres de portrait au XVIème siècle.

DSC08572aOù l'on trouve ce beau Portrait d'un couple, destiné à commémorer des fiançailles, un mariage ou encore un anniversaire. Vers 1610. Anonyme mais supposé être peint par François Quesnel.

DSC08575aChichou a été étonné par le côté "gore" de ces Massacres du Triumvirat (1566) d'Antoine Caron. Ce tableau faisant allusion au massacre des protestants (auxquels on coupe ici les têtes - lesquelles sont alignées comme des trophées, tandis que le sang gicle des corps décapités...) pendant les guerres de religion (le 6 avril 1561, nous dit le cartel, le connétable de Montmorency, Jacques d'Albon de Saint-André et le duc de Guise avaient formé un Triumvirat contre les protestants).

DSC08582aDe haut en bas et de gauche à droite : Eustache Le Sueur, Le retour de Tobie, Simon Vouet, La Sainte Famille avec sainte Elisabeth et le petit saint Jean, Jacques Blanchard, La Charité, Le Sueur, Portrait d'homme. (Les Peintres de Louis XIII, salle 12)

La visite a tourné court alors qu'on arrivait aux salles que j'espérais tant, où étaient représentés les peintres du XVIIème siècle, comme Valentin de Boulogne,  Claude Vignon (Tiens, ce portrait du jeune chanteur est plus jaune que blanc !), Philippe de Champaigne (Juste eu le temps de saluer Richelieu et Louis XIII en pied.), Nicolas Poussin ("Pourquoi ils sont verts, ces gens ?" dans La peste d'asdod.), Le Lorrain et ses paysages, Simon Vouet et consorts.

Chichou, qui avait proprement vomi (!) son petit déjeuner sur le chemin (avant d'arriver au musée)..., avait abandonné carnet et stylo (Il a noté, je "traduis", qu'il appréciait particulièrement le gigantisme des tableaux italiens, aperçus au détour d'une salle.) et se plaignait d'un mal de ventre persistant... C'est dans la salle 12 donc qu'il demanda à rentrer au plus vite.

De toutes manières, pour bien voir et faire, une seule salle par visite suffirait.

Pendant ce temps, Mari-qui-ne-comprend-rien-de-rien-à-l'homéopathie a donné 6 granules (dissoutes dans de l'eau) de deux tubes au lieu de trois d'un tube à Chichoute qui, de nouveau très fiévreuse, a repris de l'Advil (Je crains qu'elle ne travaille des dents, en plus.)...

Edit du soir espoir : Chichou allait rapidement mieux dans l'après-midi. Il est comme son père, il fait des maladies ultra rapides.
Repost 0
Published by Marie - dans Sorties
commenter cet article
19 février 2010 5 19 /02 /février /2010 20:30
Après 10 jours d'antibiotiques, les tympans restent roses, voire rouge* pour celui de gauche. Nous consultons un généraliste-homéopathe (aux honoraires exorbitants - l'hiver aura coûté  très cher !) pour un traitement de fond (conseillé par notre généraliste pas homéopathe mais pourfendeur d'honoraires conventionnels également)...
Trois granules de trucs en "-um" à prendre le matin, trois autres le soir, ça paraît raisonnable, pas trop compliqué, ça ne mange pas de pain, il paraît qu'il faut y croire (Comme ce n'est pas moi qui les prends je n'ai peut-être pas spécialement besoin d'y croire !?). Le revoir dans deux mois...
Là où ça devient rapidement moins simple, c'est que les granules Chichoute n'en veut évidemment pas, elle qui ne connaît pas les bonbons et ne raffole pas des petits pois. Ça la fait rigoler ces petites billes qui roulent sur sa langue. Qu'elle s'empresse de recracher, avec lesquelles elle joue sur le canapé...
On n'est pas sortis de l'auberge. Les faire fondre dans l'eau ? C'est long. Plus laborieux et moins efficace selon le médecin. Les glisser dans ses aliments, j'ai peur qu'elle les sente sous la dent. Une idée, je vais demander au chichou d'en déguster une devant elle, en montrant combien il apprécie, sa soeur voulant toujours avoir la même chose que lui...
DSC08555aCe qu'elle préfère chez les médecins, ce sont les salles d'attente. Moi aussi, sauf que je sais (ce) qu'on attend, elle pas vraiment.

* "Une otite céro-muqueuse", nous précise-t-il, "les tympans mettent du temps à retrouver leur apparence normale." Tu parles. La nuit suivante elle refait 40°C de fièvre...
Près de 6 mois que ça dure (1/3 de sa vie !).
Repost 0
17 février 2010 3 17 /02 /février /2010 20:30

104

DSC08535 (WinCE)La sortie du samedi, ce fut d'aller au 104. Le Centquatre de la rue Curial (dans le XIXème arrondissement de Paris). Ce lieu (de 39 000 m² !) dit de création et de production artistique. Qui abritait auparavant le Service Municipal des Pompes Funèbres de Paris...
Pour y aller en voiture, nous empruntons les boulevards des Maréchaux "version tramway" (encore en travaux de ce côté) c'est-à-dire embouteillés. En passant on jette (si possible) un oeil et on a toujours une pensée émue au/pour le chemin de fer désaffecté de la petite ceinture. Où la flore et la faune sont très en forme merci pour elles.
DSC08534 (WinCE)Un bel espace, une belle rénovation architecturale. Ç'eût été dommage de détruire tout ça, vu le manque de beautés architecturales dans le coin.

A l'intérieur on s'est d'abord arrêtés à la librairie Le merle moqueur. Pas seulement parce que son nom est joli et que la librairie est agréable mais parce qu'on entre et s'arrête toujours dans les librairies, surtout celles un peu spacieuses (pour raison familiale et de poussette). Celle-là a des marches sur lesquelles on peut s'asseoir. Et Chichoute est une aficionada des marches en ce moment. Pas forcément pour s'y asseoir malheureusement.
En haut perchée, elle vérifiait si la fenêtre s'ouvrait ou non.
DSC08529 (Small)DSC08530 (Small)DSC08531 (Small)DSC08532 (Small)On y a passé un agréable moment.
Mari-qui-n'a-pas-toujours-tort dit qu'elle a la coiffure d'un Playmobil, heureusement qu'elle n'a pas les cheveux noirs.

Après, se fiant au Télérama (il ne faut jamais se fier à Télérama), on est allés chez Emmaüs qui vient d'ouvrir en ce lieu. Des choses moches et chères (pour ce qu'elles sont, comme des boîtes de biscuits vides, bonnes à être jetées, et c'est quelqu'un qui n'en jette pas qui vous le dit !), à mon avis. Impossible de trouver des vêtements pour enfants, ils ne sont classés ni par âge ni par taille ni par sexe. C'est plus intéressant et souvent mieux présenté dans les vide-greniers. C'est pareil (ou pire) pour l'Emmaüs de ma ville.

Dolto serait sans doute étonnée de la reprise de son idée "designée" . La Maison des petits, comme ils l'appellent ici. Les maisons vertes étaient/sont loin d'avoir ce "look". Cette maison-ci se veut certes un espace de socialisation (avec donc des psychologues accueillant les enfants jusqu'à 6 ans avec leurs parents) mais aussi de sensibilisation à la création ; les enfants peuvent jouer mais aussi " lire (euh regarder des livres sans doute), dessiner, peindre, sculpter, et rêver " lit-on sur le "flyer".

On n'a pas trouvé le café branché, qui vendait les pâtisseries orientales "obligées" (toujours petites et hors de prix), et la manifestation culturelle d'envergure (On n'a pas trop pu (sa)voir de quoi il s'agissait.) était réservée à un public accrédité (de même d'ailleurs que la Maison des petits ce jour-ci !). Quant à l'art on n'a pas vu grand-chose, on n'a pas dû savoir chercher. De toutes manières, faut que j'aille au Louvre bientôt, j'en verrai, c'est sûr.

On a retrouvé les "vrais" habitants du quartier faisant la queue à la boucherie (sur l'avenue de Flandre) vendeuse de grosses quantités pour pas cher... Et on a acheté un poulet rôti bien moins cher qu'ailleurs. Mari-toujours-lui a dit que, pour être vendus à si bas prix, c'était des poulets trouvés morts qui rôtissaient là... Sûr qu'ils n'étaient pas bios, les pauvres, mais ils étaient bien cuits.

" Ça, c'est fait ! ", comme dirait Mari, pas toujours très partant pour "mes" sorties, mais content de son poulet rôti. Et du café pris au bistrot d'à côté.

Repost 0
Published by Marie - dans Sorties
commenter cet article
16 février 2010 2 16 /02 /février /2010 20:30

Aujourd'hui, sur ma route à la clarté nouvelle - les jours rallongent, ce qui me donne l'impression d'être en retard pour le bureau le matin -, j'ai vu un ange passer. Qui tenait ses ailes à la main. C'est Mardi Gras !
Puis c'est le mercredi des Cendres, le début du Carême. Chichou a reçu un petit livre de la part des Scouts qui parlait de ce sujet. Il ne l'a pas encore lu, je ne pense pas qu'il le lira. Il s'est par contre jeté sur et a dévoré le Fantastique maître Renard de Roald Dahl (avec les illustrations de Quentin Blake). Et a placé, illico presto, celui-ci dans le panthéon de ses auteurs préférés. Roald Dahl, écrivain britannique qui a commencé à inventer des histoires le soir pour ses propres enfants, a une biographie intéressante sur Wikipédia.

Il écrivait dans une petite cabane  en brique construite exprès pour lui au fond de sa propriété  ; il y était drôlement installé, comme dans un cocon (un sac de couchage entourant ses jambes), avec notamment près de lui des objets fétiches bizarroïdes, dont une articulation de sa hanche ou un taille-crayon électrique qui a fait fantasmer le chichou (Tout ça c'est en bonus à la fin du livre.).
La maîtresse du chichou a dit à ses élèves qu'ils pouvaient se déguiser, que c'était autorisé par la direction. Lui n'en a pas eu envie (faut dire qu'il n'a pas de "vrai" déguisement) et m'a rétorqué que l'école c'était fait pour travailler... Moi qui lui ai toujours dit "Amuse-toi bien " en le quittant le matin (Ça sert à rien ?!)... Ses copines, elles, avaient bien l'intention de mettre leurs robes de princesses.
Pour faire gras, je ne me suis guère amusée, encore moins déguisée (ou alors sans le faire exprès), mais j'ai mangé à midi beaucoup de, et uniquement du, sucré (suis monomaniaque et je n'avais pas de salé), juste après avoir lu que trop de sucré pouvait faire vieillir prématurément les tissus (de la personne humaine), et après avoir décidé d'en réduire ma consommation de moitié... En même temps je n'ai pas décidé d'arrêter les gâteaux, hein ! Faut pas pousser.

En rentrant j'ai croisé des groupes d'enfants enfarinés, j'ai eu peur de me prendre un oeuf perdu. Les temps sont devenus durs, je ne me souviens pas que nous étions armés d'oeufs en plus de la farine avant. Ou j'ai la mémoire sélective.

Lancret-Le repas au retour de la chasse-Paris-MLa

Nicolas Lancret (1690-1743),
 Le repas au retour de la chasse, Louvre.

  Parce que j'aime bien ce peintre,
 et les pique-nique sans table.

(Pas comme Mari...

Du coup on ne pique-nique jamais.)

Repost 0
14 février 2010 7 14 /02 /février /2010 20:31
Finalement j'ai vu Le Petit Nicolas (en DVD), que j'ai bien aimé, voire beaucoup. A cause des enfants oui, notamment les personnages d'Agnan et de Clotaire, mais aussi des adultes,  tous très bien, mention spéciale au couple parental (Kad Mérad et Valérie Lemercier) qui est tellement sympathique, crédible, drôle. Les scènes sont très cocasses, l'histoire est bien menée. Et d'emblée, j'ai aimé le décor, tant intérieur qu'extérieur que j'ai reconnu, pour y être déjà allée promener, comme étant celui-ci :
DSC08493aLa caméra de cinéma plus haut placée que mon appareil photo en prend et donne une vue plus plongeante.
Les initiés reconnaîtront ce joli coin de Paris (dont j'ai déjà parlé il y a quelques année ici). Les autres chercheront (?)
Le lendemain j'y ramenais donc ma petite famille pour une sortie à thème : reconnaître la maison du petit Nicolas.
Je pense que c'est celle-ci, mais je n'ai pas vérifié en revisionnant le film.
DSC08492a
Outre les "petites" maisons réservées à l'origine (au tout début du XXème siècle) à des familles défavorisées, il y a là quelques demeures plus cossues. Dont celle-ci (Abrite-elle plusieurs familles ? Pas flagrant.).
DSC08491a
Et celle-là.
DSC08503a
En tout une centaine de maisons, avec jardin(et). Et il y en  pas mal d'endroits comme ça dans Paris.
Ce qui déçoit Chichou qui me dit préférer les tours modernes...
Chichoute a bien aimé les rues et trottoirs pavés,
 déambuler dans ce hâvre de paix.
DSC08495aChichou l'a accompagnée dans ses déambulations.
DSC08496a
Et tous deux se sont bien amusés au square
 (sablé) d'à côté.

DSC08510a

On n'est pas restés longtemps, mais la nuit suivante Chichoute "nous" faisait plus de 40°C de fièvre. L'otite est revenue (si elle est jamais partie). " Vous ne pouvez pas trouver un autre mode de garde (que la crèche-cet-enfer-microbien) ? " Me demande benoîtement la généraliste qui nous suit depuis quelques semaines.  Euh, la réponse est dans la question à laquelle on enlève le point d'interrogation. Si je pouvais (financièrement parlant), sûr que je la garderais à la maison avec moi, la jolie chichoute aimée.

Repost 0
Published by Marie - dans Sorties
commenter cet article
12 février 2010 5 12 /02 /février /2010 20:30
On est allés à l'exposition de la BHVP (Bibliothèque Historique de la Ville de Paris) dans le Marais. Des petites photos et des grands textes, on a vu ça de l'entrée, on n'a pas payé pour aller plus loin. Faut dire que la veille on avait vu une exposition gratuite sur le sujet, bien faite, avec de grandes photos et de petits textes très intéressants, sans personne d'autre que nous alors que là dans le Marais le lieu d'exposition était bondé...
Nous on a eu la chance de voir l'expo sise au Louvre des Antiquaires (jusqu'au 7 mars).
Sur l'inondation de Paris qui eut lieu de la mi janvier à la mi mars 1910. Avec un maximum  (de 8 mètres 50) atteint le 28 janvier.
Il y eut une crue de 5 m 20 en 2000, qui s'en souvient bien ?

DSC08460aOn a vu toutes ces dames aux gros chignons. Les riches, elles, portaient (sans doute chignon sous un) chapeau lourdement fleuri, et ne poussaient pas de balai.

DSC08462aOn a vu les XVème, VIIème et VIIIème arrondissements, qu'on connaît bien, largement inondés. Bizarre de voir la tour Eiffel (qui a fléchi de deux centimètres mais s'est redressée grâce à ses pompes hydrauliques) mais aussi la gare Saint-Lazare les pieds dans l'eau.

DSC08464aOn a vu l'ancien Palais du Trocadéro.

DSC08465aOn a vu tous ces hommes portant moustache et casquettes (les riches portaient beau le costume et le chapeau melon) qui attendaient de pouvoir traverser. Toutes ces foules pleines de gens qui se ressemblent... Ou alors, c'est le noir et blanc qui donne cette impression-là. Mais il y avait quand même des codes vestimentaires et capillaires très précis et unanimement suivis.

Il n'y a pas eu de mort, sauf peut-être un facteur, on n'est pas trop sûr...
On ne parle pas des animaux.

Les photos évocatrices et les textes fort bien écrits (à la fois scientifiquement et littérairement)* sont issus d'un numéro spécial publié par le Journal des Débats en mars 1910.

A voir. Surtout qu'on peut aussi se promener alentour (où il n'y a jamais grand monde non plus). Et voir, chez les antiquaires, des beautés ou/et des raretés. Photos que j'ai prises pour le chichou (et pour vous !) qui n'était point là.
DSC08479aHumérus de mammouth.

DSC08485aDieu de la mort aztèque.
DSC08486a
* Exemple parmi d'autres, le cartel au sujet d'une photo d'ordures dans l'eau. " Du pont de Tolbiac déversées dans la Seine, les ordures ménagères, dont les tombereaux ne pouvaient plus atteindre les lieux de dépôt situés hors de Paris ; ce fut très sale, mais très pittoresque. On vit ainsi descendre au fil de l'eau d'innombrables débris accompagnant les épaves de toutes sortes arrachées aux rives submergées. Au nombre insensé de pelures d'orange qui passèrent sous les ponts, piquant de points vivement colorés la masse boueuse et jaunâtre des eaux, on a pu juger du rôle que joue ce fruit dans l'alimentation parisienne. "
Ou : " Charmantes, les jeunes femmes de Grenelle (le boulevard) ne boudent pas plus à la besogne qu'elles n'ont gémi devant le danger."
Ou encore : " Tout le monde connaît les quatre grands soldats de Crimée qui gardent les piles du pont (de l'Alma). On les vit un moment avec de l'eau juste aux coudes et ils paraissaient comme appuyés sur l'élément liquide ; puis ils en eurent jusqu'à la poitrine ; le zouave paraissait fort courroucé, l'artilleur, stoïque, subissait sans broncher le formidable assaut."
Ou enfin : " La rue de Bourgogne (VIIème) présente un phénomène assez curieux ; les pavés de bois (!) se sont détachés de la chaussée et, séparés d'elle par la masse liquide, ils flottent en rangs pressés..."

Du Balzac, du Zola, du Stendhal. Non, du Journal des Débats. Un journal comme on n'en fait plus. Né en 1789, le Journal des Débats pour avoir paru pendant l'occupation fut supprimé en août 1944.
Repost 0
Published by Marie - dans Sorties
commenter cet article
11 février 2010 4 11 /02 /février /2010 20:19
Ces "fameuses" lunettes ressemblent un peu à celles d'Oscar Goldman  (que je préfère, Isa, à Derrick ...) (dans L'homme qui valait trois milliards-The Six Billion Dollar Man).
Sauf qu'Oscar, c'est le grand du milieu, a l'air moins myope que Mari (le verre est moins épais, CQFD).
oscar goldman 2Steve (Austin, l'astronaute bionique) (Steve pour les intimes, dont Chichou et moi faisons partie) ne porte pas de lunettes bien entendu... En plus il a un oeil bionique (= qui voit très loin et dans le noir) ! Ce qui n'est pas donné à Mari, ni à personne d'ailleurs malheureusement.

Sinon, il faut un oeil peut-être pas bionique mais un bon oeil scrutateur pour voir tout ce qui se trouve sur cette image.
1er avril la petite fille et le brocanteur-1948Une peinture un peu particulière de Norman Rockwell, faite pour illustrer la couverture du Saturday Evening Post du 1er avril 1948. Est-ce de celle-ci dont tu parlais, Mab ?
Il n'y a pas moins de 57 anomalies délibérées dans ce tableau. Cela va du manuel scolaire en guise de sac à main, aux chaussures dépareillées de la fillette (tout comme sa coiffure), en passant par les pattes de la poupée, ou le corps de chat du chien... Mieux vaut avoir le livre entre les mains pour distinguer les détails que ne montre pas ma petite image. Comme la gomme au bout du stylo plume coincé sur l'oreille du brocanteur.
En commentaire dans mon livre : " Morceau de bravoure du réalisme rockwellien, ce tableau pose également une question philosophique : l'artiste peut-il "mentir" même quand il peint les objets avec une saisissante vraisemblance ? L'art réjouissant de Rockwell relève-t-il du mensonge ? "
Moi je dis qu'il relève du rêve (ici plutôt du cauchemar) et de l'idéalisme, et de l'optimisme, et de la beauté du monde. En tout cas il est réjouissant, c'est un bon mot.
Repost 0
Published by Marie - dans Coups de coeur
commenter cet article