Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  • : Ras-le-pompon
  • Ras-le-pompon
  • : A Paris et alentour, voire plus loin, écrits, photos, dessins, par Marie et ses chichoux.
  • Contact

singesa.jpg  

Archives

20 avril 2007 5 20 /04 /avril /2007 16:27

Il voulait y aller, on y est allé.

Au milieu du lac du bois.

Sous les stalactites (celles qui tombent), près des stalagmites (celles qui montent). Une femme expliquait ce moyen mnémotechnique à sa fille pour retenir les noms des différentes "colonnes formées par des concrétions calcaires" (définition du Larousse, y a plus qu'à chercher la définition de "concrétion" maintenant, bon on peut imaginer). L'histoire ne dit pas pourquoi  ni comment retenir que : dans stalactite, il y a un "c" et dans stalagmite c'est un "g"... (Les origines grecques si.)

  Chichou a adoré sauter sur les rochers entourés d'eau.

Et en prime on a vu des tortues ! Qui prenaient un bain de soleil. Chacune sur son rocher, faut pas pousser...

Et on a grimpé jusqu'au-dessus de la grotte,
histoire de voir le panorama.

Puis on a rejoint le pont qui nous avait mené jusqu'ici. A pied, car les vélos (et les chiens je crois...?) sont interdits sur l'îlot. Le vélo j'ai pu l'attacher à un panneau, il nous a attendu sans japper. C'est ça l'avantage sur un chien.

Et puis on a croisé tout un groupe d'enfants handicapés, la plupart en fauteuils roulants. Ça faisait peine. Mais ils avaient l'air heureux d'être là. L'occasion pour le chichou d'apprendre qu'on pouvait naître handicapé, et qu'on pouvait rester toute sa vie sans pouvoir marcher. Il pensait que les gens en chaise roulante l'étaient à cause d'un membre cassé par accident et l'étaient de façon temporaire seulement. Et aussi d'une "leçon de vie" genre "relativiser ses petits maux quand on a la chance d'être en bonne santé, d'avoir le plein usage de ses bras et mains, jambes et pieds, de sa tête." Il m'a écoutée, s'est étonné, a opiné.

Repost 0
Published by F&M - dans Sorties
commenter cet article
20 avril 2007 5 20 /04 /avril /2007 16:23

Le nouvel adage : en avril découvre-toi de tout fil.

Sur les pelouses du bois de Vincennes, autour du lac dit de Daumesnil, plein de dames en bikini font bronzette, tandis que les hommes ont tendance à ramer.

 

On a fait le tour du lac en vélo. Chichou, installé sur le porte-bagages (faudrait quand même trouver un coussin), a apprécié. D'habitude il râle un peu à mi parcours mais ça c'est quand on est à pied.

La grotte intrigue Chichou, qui y est déjà allé mais il y a quelques années dans mes bras. Il ne savait pas marcher et ne s'en plaignait pas.

Repost 0
Published by F&M - dans Sorties
commenter cet article
19 avril 2007 4 19 /04 /avril /2007 15:48

On a reçu ces jours-ci notre courrier électoral.

Chacun son enveloppe - Mari en est nanti, moi aussi -,
on peut donc lire chacun de son côté, et, si l'on veut, gribouiller.

(Et les bulletins, c'est pour s'entraîner ?)

 

 

Quant au fond :
j'ai sorti le surligneur pour surligner (vieille habitude d'étudiante) les idées intéressantes, et mettre des points d'interrogation devant celles disons bizarres. Il y a des idées rarement évoquées et d'autres qui se recoupent. On pourrait jouer en famille ou entre amis, à s'interrroger pour savoir qui a écrit quoi. Certains candidats sont plus prolixes que d'autres (plus synthétiques). Après avoir surligné je comptabilise les plus et les moins de chacun, et je vote pour celui qui a eu le plus de surlignage. C'est pas tout à fait comme ça qu'on fait ? Ça pourrait.
En tout cas, c'est toujours bon à lire. C'est même essentiel en l'occurrence, avant de voter, en toute impartialité ou partialité ? C'est le minimum pour (avoir l'air de ?) voter en connaissance de cause. Enfin, ne serait-ce que pour ne pas cautionner un gâchis de papier. Mais ça fait quelques heures de lecture, je crains que tout le monde, moi la première, n'ait pas tout le temps requis. Surtout que ça peut être aussi ardu, car aride (littérairement parlant), à lire que la bible*, même si le corpus n'est en rien comparable.

Quant à la forme :
C'est amusant d'étudier la présentation, plus ou moins sobre, des plaquettes, et de les comparer, pourquoi pas toujours entre amis ou en famille, chacun ayant ses goûts propres. Elles comportent plus ou moins de couleurs (jolies ou pas), plus ou moins de photographies, qui sont plus ou moins réussies (à l'heure qu'il est largement mises à mal dans les rues), etc.
En tout cas, Nicolas Sarkozy a une écriture plutôt vilaine, François Bayrou une plutôt belle écriture, très régulière, alignée (le seul qui semble avoir écrit sur des lignes), contrôlée ?, Ségolène Royal, une écriture pas mal du tout, assurée, Frédéric Nihous une écriture très "moyenne". Les mots manuscrits de José Bové, bien formés, Jean-Marie Le Pen, pas trop, sont peu nombreux. Quant aux autres candidats, ils ne se sont pas "mouillés", ils n'ont pas écrit du tout. Si j'étais graphologue, peut-être que l'aperçu, et l'analyse, de ces écritures m'influencerait fortement. Déjà que j'y accorde là une légère importance.
Même (surtout ?) pour les questions de forme, le jugement est déjà un peu subjectif. On n'a pas tous tout à fait la même appréciation de l'apparence, esthétique ou non, voire du sens qu'elle véhicule.

 

Bref, avec tout ça, votons en notre âme et conscience, tout "simplement". Normalement, à la réception de ce courrier (Tout le monde l'a bien reçu, oui ?), évidemment (?) que notre choix est déjà fait. Bon, alors, à quoi sert ce courrier ? A confirmer nos intentions ? A nous donner des regrets ? Nous (re)mettre les idées en place ?

Est-il à conserver ? Pour vérifier, cocher si les promesses ont été tenues dans quelques mois, quelques années (au cas où l'on aurait oublié quelles promesses on voulait, si possible, se voir réaliser).

 

 

 

 

 

 

NB : Chichou, qui est né sous la présidence de Jacques Chirac qu'il connaît depuis peu finalement (6 mois environ), est très impressionné par la responsabilité qui nous incombe de choisir un nouveau président.
Il m'accompagnera dans l'isoloir et mettra avec moi notre vote "commun" dans l'urne.

 

 

 

 

* Je me souviens combien notre professeur de littérature comparée en première année de lettres à la Sorbonne se disait consternée par notre inculture "crasse" parce que nous n'avions pas lu la bible... X années plus tard je ne l'ai toujours pas vraiment lue,... mais j'ai beaucoup essayé.

Repost 0
Published by F&M - dans A la maison
commenter cet article
18 avril 2007 3 18 /04 /avril /2007 16:16

Et puis même pas encore le gros des troupes.

Mais déjà ceux qui mettront plus longtemps à arriver au bout. Dont les pieds frapperont un plus grand nombre de fois l'asphalte, car leurs enjambées sont plus courtes que celles des plus rapides. 

Des petits groupes, des petits groupes,
encore des petits groupes.

 

Tous des sportifs accomplis, émérites, coureurs d'exception,

qui vont toujours très vite.

Plus d'hommes que de femmes, en tête en tout cas.

Repost 0
18 avril 2007 3 18 /04 /avril /2007 16:15

Le deuxième groupe des marathoniens de Paris.

Du muscle, rien que du muscle.

 

Duos ou binômes (il y a des aveugles qui courent le bras lié à leur partenaire voyant), solitaires, quatuors éphémères. Tout le corps tendu dans l'effort.

Des valeureux.

 

Ça va toujours très vite.

Repost 0
17 avril 2007 2 17 /04 /avril /2007 14:54

Hier, on a pris un déjeuner à emporter
chez notre "traiteur" habituel...

On se serait bien fourni chez celui d'en face (Q...k) pour changer, Chichou était prêt à tester la nouveauté, une fois n'est pas coutume, mais vu comme on a été reçus, c'est-à-dire ignorés, je préfère donner des sous à ceux qui nous disent bonjour au moins.

Puis sur un banc, devant le lac, on s'est assis.

~ Vues qu'on a du banc ~

 

 

 

Et de derrière le banc.
Vélo acheté d'occasion, 500 FF, il y a 12 ans.
Des comme ça on n'en fait plus...

 

 

 

A gauche, des barques. Des barques à droite.
Chichou, même pour s'entraîner, n'a pas eu le courage de les compter...

Un canard aurait refusé le bout de frite, déjà froide, que Chichou lui a jeté. Rarement vu un canard, colvert ou pas, refuser quelque aliment que ce soit.

Repost 0
Published by F&M - dans Sorties
commenter cet article
16 avril 2007 1 16 /04 /avril /2007 15:53

Le marathon de Paris passe chaque année par Charenton.

Enfin par le bois de Vincennes, et par l'avenue qui le borde. D'un côté, c'est le bois, qui appartient à Paris, de l'autre, c'est les habitations, qui sont à Charenton. Alors on s'est posté, comme chaque année, du côté des habitations (face au vélodrome pour être précis), car si l' on passe du côté du bois, ça risque d'être difficile, la fréquentation de la chaussée allant grandissant, de retraverser pour rentrer. On est à mi-parcours, au 20ème km. Nous sommes dimanche matin, le 15 avril 2007.

Je suis épatée par les gens qui arrivent à retrouver leurs amis coureurs dans la foule. Ce pour quelques courtes secondes d'encouragement. Tandis que Mari crie "Allez Michel !" "Allez Patrick !" Car il y en a toujours un dans la foule, qui se reconnaîtra et appréciera (certains ont leur prénom inscrit dans le dos). Une dame a retrouvé son fils "Hé, je l'ai trouvé, il est là !" A-t-elle crié au reste de la famille. A voulu le photographier, l'a manqué (eh oui, ça va vite), et s'est mise à courir à côté du grand gaillard pour essayer de le mettre en image pour la postérité. Et lui, grand sourire, de dire "Allez cours, Maman, cours !" Mais la pauvre dame, tout heureuse, le quart de seconde précédent, d'avoir retrouvé son fiston (une mère retrouverait son fils dans une botte de foin, euh...), s'est faite rapidement distancer, il ne pouvait trop ralentir sa course...

 

Voici un florilège de ces gens courageux (peut-être que certains se reconnaîtront), qui vont au bout de leurs forces.

 

 Les premiers : les "handisportifs".

 

Chichou tape des mains, pour encourager les coureurs (précédés par les machines).

 

 

Les coureurs de tête, et les motards...

dscn7099a.jpg

 

Oups, ça y est, ils sont déjà passés !!
Fallait pas avoir un moment d'inattention.

Mais ça reste un peu moins rapide que le tour de France, qui passe par cette même avenue, en juillet.

Repost 0
15 avril 2007 7 15 /04 /avril /2007 14:14

Bon, je vais de nouveau faire appel aux jardiniers, jardinières qui me lisent.

Le photinia red robin acheté récemment, à vil prix, est en train de sérieusement tourner de l'oeil. Moi qui vantais la résistance de cette plante ! Elle ne fait que dépérir depuis qu'elle est chez nous. A-t-elle mal vécu le rempotage qu'elle semblait pourtant réclamer ?

Vous voyez ? Il fait pitié, non ?
Y a qu'à secouer pour que les feuilles tombent...

Il va beaucoup moins bien que celui que l'on a acheté l'année dernière, et dont voici la photo ce matin. En pleine possession de ses moyens. En plein épanouissement printanier.

 

Renseignement pris auprès d'un vendeur (du magasin où on l'a achetée il y a deux semaines) sympathique et à l'air compétent (malgré son apparent jeune âge), deux qualités essentielles à tout vendeur, notre plante ne serait pas malade. J'avais pensé à un  "feu bactérien". En général toutes les maladies que je trouve sur Internet j'en suis atteinte, et pour mes plantes c'est pareil. Elle manquerait tout simplement d'eau !... Ah tu vois, m'a dit Mari d'un air entendu, à moins qu'il se soit contenté d'un regard. Il n'arrêtait pas de me dire d'arroser, inquiet, la semaine dernière au téléphone.

Non, je n'ai pas (trop) failli à la tâche qui m'incombait, je l'ai arrosée quotidiennement, en ces temps pré-caniculaires, mais je l'aurais arrosée trop vite. Ça, sûrement. Je ne suis pas du genre à m'attarder. Les racines de sa motte récemment transplantée n'auraient pas eu le temps de se détendre dans la masse du terreau, du coup elles ne pourraient pas boire correctement. Si j'ai bien compris. Enfin, il nous a rassurés, nous confirmant la réputation de résistance de cet arbuste, qui devrait sortir de cette mauvaise passe, avec un arrosage idoine. C'est-à-dire proche du pied de la plante et lentement, voire en deux fois.

Mari investi a pris l'affaire en main.
Mais ne manquez pas de me donner votre avis d'expert, si tant est que vous pouvez poser un diagnostic d'après photo.

Je l'ai tout secoué, il s'est tout déplumé.

Repost 0
Published by F&M - dans A la maison
commenter cet article
14 avril 2007 6 14 /04 /avril /2007 11:19

Quelques photos prises par Mari flapi
(après 5 heures de train et une heure de métro).

Le port de Brest et son château.

'tendez, je vous le rapproche.

Dans la rade, au loin, le Clemenceau.

Attendez, je vous le rapproche un peu.

Voiiilààà. Un porte-avions.

Comme dit Mari poli, ça change des photos de Paris...

Repost 0
Published by F&M - dans Sorties
commenter cet article
13 avril 2007 5 13 /04 /avril /2007 06:54

Entre Chichou et son papa, quand ils sont tous les deux

tout seuls (= sans Maman), tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles.

Chichou mange bien.
Papa lui donne ce qu'il veut quand il veut.

Chichou marche bien, ne se plaint jamais d'avoir mal aux jambes.
Papa n'est pas "préposé au bureau des plaintes" (c'est Maman la préposée).

Chichou arrête la télévision quand il a fini de la regarder.
Papa le laisse la regarder autant qu'il veut.

Evidemment...

Si c'est comme ça qu'il faut faire, il faut que je change de stratégie. Parce que là je sens que je commence à avoir le rôle ingrat.

Ce soir Chichou et son papa seront "reviendus". Peu ou prou en même temps que moi du travail. Il vaut mieux que j'arrive avant, car c'est moi qui ai le passe de la porte d'entrée. Leurs vacances en Bretagne sont finies. Elles se sont très bien passées, ils sont allés, par temps ensoleillé, voir les bateaux, le plus grand remorqueur du monde, un français, sont allés au cinéma, voir La Reine Soleil (dommage je l'y aurais bien emmené la semaine prochaine), à la bibliothèque, chez le photographe faire des photos de famille (avec sa grande soeur et ses deux cousines). Et chouette, ils ramènent des crêpes.
Chichou est devenu un grand garçon (snif), à 5 ans je ne lui manque plus autant qu'avant (re-snif), en tout cas il ne le montre pas. C'est ça devenir grand, savoir se passer de maman, et être plus mesuré dans la démonstration de ses sentiments. En revanche, Canal J lui manque beaucoup !... Mais pour me faire plaisir, il m'a dit : "Mamounette" (c'est moi ) "me manque plus que Canal J".

La semaine prochaine, à nous - Chichou et moi - les vacances à Paris !

- Te voilà prévenu, Jonathan : si ton père revient un jour, il va te donner une très grosse fessée.

Je ne peux malheureusement pas afficher l'image en plus grand format (la mère comme l'enfant ont des visages très contrariés), mais ne peux résister à l'envie de partager ce dessin génial du génial Voutch.

 

Nota bene :

Ça n'a rien à voir mais je constatais, en pédalant ce matin, combien les voies de bus sont particulièrement abîmées. Ce qui rend la circulation à bicyclette non seulement très inconfortable mais très dangereuse. Si l'on roule trop vite sur ces creux et bosses, c'est le "gadin" assuré, voire le passage sous le bus. Avis à la voirie, c'est les montagnes russes rue de Rivoli !
En général je vois que les cyclistes font comme moi : ils zigzaguent... Un jour, quai de la Mégisserie, il y en a une qui a lâché son guidon, apparemment prise de panique (un bus la serrait de trop près), elle a violemment percuté un réverbère, en pleine face... Elle devait avoir la tête dure, heureusement, elle s'est "juste" ouvert l'arcade sourcilière. L'Hôtel-Dieu de la Cité n'est pas loin.
Pour rouler droit, à Paris, peut-être vaut-il mieux rouler en VTT...

Repost 0