Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  • : Ras-le-pompon
  • Ras-le-pompon
  • : A Paris et alentour, voire plus loin, écrits, photos, dessins, par Marie et ses chichoux.
  • Contact

singesa.jpg  

Archives

7 avril 2014 1 07 /04 /avril /2014 18:22

 Dernier jour de repos à la maison, je me demande vraiment comment je vais pouvoir reprendre le rythme, jusqu'à ma semaine de vacances de Pâques...

DSC02896Même pas eu le temps de donner le bain à la choute hier, tiens...

 Sérieusement, le temps file à la maison quand on a le linge à étendre, à reprendre, à plier, à repasser (Le linge, ça revient comme les radis.), des petits plats à faire mijoter, des gâteaux à confectionner, les lits à faire, la poussière à déplacer, l'aspirateur à passer (La poussière, ça revient comme les radis aussi.), les courses alimentaires qui reviennent très vite (comme les radis, vous dis-je). Les affaires, vêtements, jouets des enfants à ranger, trier.

 Des émissions à regarder, écouter, des films à voir, des petits cafés à prendre...

 Des papiers, dossiers, photos à classer, d'autres choses à regarder, à écrire, à lire. Pas de romans, non, décidément plus le temps. Il faut que j'en trouve des qui soient vraiment prenants et qui se lisent vite.

 Tout ça et d'autres choses (jouer, aider aux devoirs, etc.), je le fais aussi quand je travaille (= avec un temps libre autrement plus limité), c'est ça le pire.

 "On s'ennuie à la maison, hein ?", me dit une maman (salariée) à l'école. Elle a sans doute une femme de ménage, une repasseuse, commande ses courses (avec plein de plats préparés) sur Internet, et a peu d'intérêts dans la vie.

 L'ennui, jamais connu. L'impression d'être débordée, oui.

DSC02895

La vache, elle n'aime pas ses pois blancs... Ou : on n'est jamais content de ce qu'on a.

 

Illustrations : Juste un petit peu,

d'Alicja Jaworski, Suède, 2011, 9 minutes.

Repost 0
Published by Marie - dans A la maison
commenter cet article
6 avril 2014 7 06 /04 /avril /2014 18:42

DSC02901

 La liste des 169 établissements scolaires ayant 100 % de réussite au bac, parue dans Le Parisien, c'est... quelque chose comme "du foutage de g....." ! (Comme tous les tableaux de statistiques quels qu'ils soient, d'ailleurs.)

  À vue d'oeil, plus de 95 % des écoles sont des écoles privées (Ça ne pose pas question, ca ??). D'aucuns sont de petits lycées, avec peu de classes, genre deux classes de terminale générale, une ES (série économique et sociale) et une S (scientifique)... Evidemment que, dans tous ces établissements, les élèves sont triés sur le volet à l'entrée en seconde.

DSC02898  Quant à leur second classement, propre au journal, qui met en avant ce qu'ils nomment une valeur ajoutée - soit la capacité de l'école à "porter" vers le bac les élèves les plus faibles -, il met en première place un lycée de Trappes, où les élèves sont une quinzaine par classe... L'idéal. Mais combien d'établissements peuvent prétendre à cet idéal ?

DSC02906  Et pourquoi n'écrit-on jamais que les exigences ont quand même baissé ? Je n'irais pas jusqu'à affirmer - comme certains, qu'on qualifie trop facilement de vieux ronchons passéistes, le clament depuis un moment déjà - que le bac ne vaut plus rien. N'empêche quand je me vois bien incapable de répondre aux questions de toute nature du certificat d'études primaires du début du XXe siècle, je peux logiquement penser que le niveau a baissé. On demande moins de connaissances aux élèves (la grande idée depuis les années 70 étant de débrider leur réflexion - en oubliant que sans les bases et +, c'est dur de réfléchir...) et on les note plus largement, de manière générale. Ça saute aux yeux quand il s'agit de l'orthographe.


Illustrations : Un jour merveilleux (de Nils Skapans, Lettonie, 2010, 15 min.). Photos prises depuis la salle de cinéma. Où nous n'étions que trois paires de maman-enfant + une paire (inconnue de nous). Dans un quartier très fréquenté, mais où la culture - notamment sous la fome de courts-métrages d'animation en pâte à modeler - semble être quelque peu mésestimée.

Sublimes, ces courts-métrages du festival L'enfance de l'art.

Repost 0
5 avril 2014 6 05 /04 /avril /2014 18:49

 Les parents des amis du chichou (au collège, en 5e, ça y est on ne rigole plus, si jamais on eut rigolé) paient des cours particuliers à leurs enfants, au vu de leurs connaissance ou notes jugées par eux (les parents) désastreuses. Enfin, au-dessous de 15/20 quoi... Pas que des cours de maths, non, des cours de français, d'anglais... (Bon, le dessin et la musique, ils s'en fichent.)

 Quand le chichou a des soucis je me crois, sans prétention, assez bonne en français et en anglais pour l'aider. Et les mamans dont je parle, je les connais, et je les crois de bon niveau en français (qu'elles parlent couramment...) comme en anglais (qu'elles parlent peut-être plus couramment que moi). D'ailleurs, elles font les devoirs avec leus enfants, voire à la place de...

 Dans cette école privée (eh oui) (où le sacro-saint 100% de réussite au bac fait la loi), il y a une surenchère de l'investissement des parents, du coup une surenchère de l'investissement des enfants (qui ont peur de ramener des notes jugées trop basses à la maison et d'être punis, privés de jeux vidéo...), qui sont trop compétitifs et pas toujours bien amènes entre eux, et une surenchère des exigences des professeurs qui stressent les enfants. Une espèce de cercle infernal.

 Dans le collège public à côté, ça a l'air de "glandouiller" sec. Un peu trop sec peut-être.

 C'est le choix entre le trop ou le pas assez. Entre la peste et le choléra.

 Au lycée, la différence entre public (polyvalent) et privé (élitiste), dans notre secteur, va crescendo.

 Vivement les vacances.

2014.03.30-crayon-lion

Le chichou dessine des lions, il n'est pas un loup.

 

 Entendu dans la rue, une maman à sa fillette d'environ 6 ans : "Si tu continues je vais augmenter ta punition, tu vas être privée d'Ipad pendant un mois !"

 Un choc pour moi : le chichou est puni depuis des années... Et moi qui aurais dit que je ne l'avais jamais puni. Comme M. Jourdain faisait de la prose, je faisais de la punition sans le savoir.


Repost 0
4 avril 2014 5 04 /04 /avril /2014 18:23

  1ère réaction perso, je regarde qui on a comme ministre à la Culture. Ouf, on n'a pas Ségolène (comme le bruit avait couru), zut on a toujours Aurélie. Sans grand intérêt.

 2e réaction perso, qui a-t-on à l'Education ? Hamon... Ça rime avec Peillon. Je me précipite sur Internet pour en savoir plus sur sa vie privée. Je vois en passant - enfin je le savais mais j'avais oublié - qu'il est de Brest, comme Mari-tête de bois, et qu'il est contre la GPA. Ah, ce qui m'intéresse davantage : il a deux fillettes. Bien, l'une d'un an, ok, l'autre de 4 ans et demi. Aaaah, elle est en plein dans les nouveaux rythmes scolaires. Et qu'en pense-t-il des yeux cernés de sa fillette ? Du mal,  j'espère. L'espoir fait vivre. Le chichou, plus réaliste que moi, me dit : "Il ne doit pas s'en occuper beaucoup..." La tête de mule (qui n'est pas omnipotente ceci dit) devrait donc s'entêter, s'enferrer dans ces nouveaux rythmes scolaires pathétiques (lesquels personnellement toucheront notre famille à la rentrée scolaire 2014).

DSC02873a

En attendant, la choute a encore l'énergie de jouer au ping-pong le mercredi après-midi. On en profite.

Repost 0
3 avril 2014 4 03 /04 /avril /2014 18:48

  Lu : Faire un enfant au XXIe siècle (Flammarion Document, 2013), par François Olivennes, à propos de la procréation médicale assistée (PMA). C'est un sujet important de notre époque, intéressant à connaître. Il paraît intellectuellement et humainement illogique que la France interdise la gestation pour autrui (GPA) (à laquelle Olivennes est plutôt favorable, contrairement à son collègue et ami René Frydman) et autorise les dons anonymes d'ovocytes et de spermatozoïdes (qui posent de sérieux problèmes identitaires aux enfants issus de ces dons).

  Regardé : Un été italien (Genova de Michael Winterbottom, 2008), avec notamment Colin Firth. Des acteurs, actrices surtout superbes, pour un film original, plutôt prenant, mais, au final, décevant, car ne menant pas à grand-chose, trop fidèle à la vie en ce sens-là. Qui ne m'a pas donné envie d'aller à Gênes, dont les ruelles étroites et sombres (dans la vieille ville) où l'on peut facilement se perdre sont exploitées à outrance. Film sans vrai scénario, sans vrai dialogues, qui a reçu des prix pour la réalisation alors que filmer caméra au poing au plus près des acteurs en mouvement, je ne vois pas trop ce que ça a d'admirable, mais je vois ce que ça a d'éventuellement gênant (amateur et "bordélique") pour le spectateur. C'est l'entre-deux : le fond se veut proche de la "vraie vie" (des sentiments qu'on peut vivre et ressentir, sans les exprimer), la forme étant idéalisée (Les protagonistes, trop beaux, trop minces s'agissant des filles ont un argent, un cadre de vie et une disponibilité - des horaires de travail assez flous - bien au-dessus de la moyenne.), ça ne fait pas "raccord". Autant que tout soit idéalisé (scénario et dialogues) ou qu'au moins il y ait une fin qui donne un sens à tout ça. Ce film-là me laisse vraiment sur ma faim...

Gênes

Pourtant, qu'est-ce que j'ai envie de retourner en Italie !!

  Vu et entendu : Clint Eastwood interviewé dans l'émission Inside the Actor's Studio. Passionnant car passionné par son métier et "peu enclin au politiquement correct", droit dans ses bottes le cow-boy, qui a été nommé en France chevalier des arts et des lettres puis commandeur, "kissed by a guy called Jack something" "Lang" (lui souffle James Lipton, l'intervieweur américain francophile, grand fan de Bernard Pivot)...

Repost 0
2 avril 2014 3 02 /04 /avril /2014 19:51

 On est allés voir le beau Kevin (Costner, pour les moins intimes) dans 3 days to kill. Ça se passe à Paris, ça se termine dans le pays de Caux (un endroit peu-couru-que-je-connais). Des terres familières.

 Dans la salle, il y avait un type qui non seulement n'a pas quitté son bonnet (malgré la chaleur) mais a joué les 3/4 du temps à un jeu sur son téléphone... Une petite preuve de plus que nous vivons à l'ère de la consommation à outrance. Visiblement il ne faisait qu'accompagner sa copine qui, elle, appréciait le film. Avec un tel compagnon, autant y aller toute seule, au cinéma.

DSC02857

 Petite chute de vélo, relativement surprenante mais sans gravité, mais contusions et hématomes douloureux m'obligent à rester à la maison me reposer. Je vais pouvoir regarder tous mes films en retard... Lire tous mes livres en retard. Aspirer toute la poussière, ranger tous les tiroirs et placards. Ah non, il me faudrait plusieurs mois (voire annés) d'arrêt - pas reposant - pour ça. Deux jours n'y suffiront pas. Je vais devoir choisir. À quoi vais-je donner la priorité ? Le ménage ou les loisirs-allongée-sur-le-canapé ?... That is no question.

DSC02858  La choute a fait sa grande sortie de l'année avec l'école. C'était à Provins (En mon jeune temps je n'avais pas aimé...). "J'ai vu, au pestacle, des chevaliers. Et maintenant je te raconte plus rien, je peux pas raconter tout. Tu sais qu'y a des méchants, qu'y a des gentils, des armures, des chevals, des loups. Ah non, tu savais pas ça, oui des vrais loups. Y a des vrais chevaliers, des vrais monstres, non je rigole, ils étaient déguisés, les monstres. Et le héros s'appelait Tubo. Thibault ? Ah oui, Thibault ! Le pique-nique était bon, le goûter était bon."

DSC02859

 J'aime beaucoup tout : les fraises, les poires, les endives (en salade). Le chou, beaucoup. Mais je n'aurais guère pensé à en faire des têtes bizarroïdes d'animaux. Comme en peut en voir sur les murs de pierres de Bercy village.

Repost 0
Published by Marie - dans Sorties
commenter cet article
1 avril 2014 2 01 /04 /avril /2014 19:13

 J’étais "tallée" à la gym. J’étais à la gym. Je suis à la gym. J’étais à la gym voilà et puis après y avait un truc comme ça, arrondi, mais là y avait une barre, il était long (??). On devait courir dessus. Il était un peu loin. On saute, on court dessus, on redescend. 

 La 1ère fois j’ai réussi, mais la 2e fois j’ai raté et puis voilà la dent elle est tombée dans mon corps (avalée). J’ai rien senti du tout. Y a du sang.

 La maîtresse est venue. Elle a dit "C’est pas grave". Elle m’a accompagnée chez le docteur (l’infirmière de l'école). Le docteur a dit que la dent partera (partira) dans le caca, que c’est pas grave, qu’elle va téléphoner à mes parents, et que je devais laisser un mot sous l’oreiller pour expliquer à la petite souris. Elle m’a donné des petites boules à sucer (homéopathie).

 Et dire que je lui avais assuré qu'il était impossible d'avaler une dent de lait (celle-ci étant relativement grosse, en plus)... Elle aura sans doute voulu me prouver le contraire !

boîte dents de lait

  Entre nous, ceci est la petite boîte destinée à recevoir les quenottes tombées, pas avalées ni perdues... Il y en a qui trouvent ça bizarre de conserver les dents de lait, et, pour tout dire, je ne leur donne pas tort !...

Repost 0
31 mars 2014 1 31 /03 /mars /2014 20:04

 Comme les marronniers reviennent chaque année les fraisiers. On ne peut pas les louper.

DSC02843

Le choix est difficile. Mari optera, en toute logique, pour les plus fleuris.

DSC02845

 Plusieurs petits plants qui orneront, répartis dans deux bacs, notre balcon et, on l'espère, donneront des fruits qui flatteront notre palais, surtout celui de la puînée.

 Par les petits poissons fascinée.

DSC02851

Mari ne cède pas devant son désir d'animal domestique.

DSC02853

 Il y a aussi, dans ce magasin, des rongeurs (beaux lapins, gerbilles, cochons d'Inde,...), de jolis oiseaux, et même de petits chiens (ouf, pas de chat). Un Jack Russell y coûte 800 euros. Il est noté que son entretien quotidien ne revient qu'à "30 centimes par jour (hors frais de santé)". Intéressant...

 Heureusement il y a aussi, non loin des oeufs en chocolat, de faux animaux et de celui ci-dessous, qu'elle convoitait depuis quelques jours déjà, la choute se contentera.

grenouillePressée de l'emporter pour jouer à la garderie ce lundi.

Repost 0
Published by Marie - dans Sorties
commenter cet article
30 mars 2014 7 30 /03 /mars /2014 19:59

 Encore une petite exposition parfaite (hormis le bruit de la climatisation extraordinairement fort !), aux visiteurs très peu nombreux. C'est une idée reçue de croire qu'il y a du monde partout dans les grandes villes. Elles regorgent de hâvres de paix.

DSC02836

Dessins français du XVIIe siècle, du 18 mars au 15 juin 2014,

sur le site Richelieu de la BNF.

  Je peux vous dire que ceux qui travaillent là n'ont aucune envie - ils me l'ont dit - d'être un jour transférés à la BNF du 13e arrondissement...

En face, ils ont la plaisante galerie Vivienne (2e arrondissement).

DSC02837

 

Non loin, un joli passage. Jusqu'aux jardins du Palais-Royal.

DSC02838

 

Je n'ai pris que deux photos.

DSC02833

Un portrait de Lagneau, connu pour ces portraits rigolos, à demi caricaturaux.

 

DSC02835

 Et un portrait d'homme fait par le roi Louis XIII, sur les conseils avisés (et avec l'aide ?) de son professeur, le grand Simon Vouet.

 A-t-on souvent vu des rois ou présidents français artistes ?


 Tous ces dessins du XVIIe s. me "parlent", car j'ai eu à travailler sur leurs reproductions ces trois dernières années. Maintenant je suis davantage dans les dessins du XVIIIe s. Et entretemps je navigue allègrement dans les sujets colorés des peintures, françaises ou étrangères, de ces deux siècles. C'est sûr qu'on a connu des tâches à priori plus rébarbatives.

Repost 0
Published by Marie - dans Sorties
commenter cet article
29 mars 2014 6 29 /03 /mars /2014 19:53

  La choute se et me pose des questions "identitaires".

 Dans la rue quand on marche : Maman, tu sais fumer ? Oui, mais je n'aime pas, je ne fume pas, ce n'est pas bon au goût et pour la santé. Bon, eh ben moi non plus je ne fumerai pas quand je serai grande. Bien.

  Quelques secondes plus tard : Maman tu sais conduire ? Oui, j'ai appris, mais comme je n'ai pas l'occasion de conduire, j'ai un peu perdu l'habitude. Ben moi non plus je ne conduirai pas. Si, si, c'est utile de savoir conduire, même si on ne pratique pas trop. Bon, ben j'apprendrai.

 

 Le matin, avant de partir à l'école : Moi je suis toute jeune, toi tu es un petit peu vieille, et après tu seras Mamy. Et : Tu as fait ton métier avant d'être maman ou après ? Avant, et (malheureusement pour moi) pendant...

 

 Le soir, après l'école : Si Papa ou toi tu es mort et que je suis à la garderie, je connais le chemin pour rentrer à la maison, c'est fastoche. Elle dit aussi : C'est chouette. Deux expressions désuètes, qu'on n'emploie pas à la maison, reviendraient-elles à la mode à l'école ?? Je n'ai pas envie d'être bientôt Maman et Mamy et après on meurt. Tu as bien le temps, ma chichoute, profite bien de ton bel âge.

Ma couleur préférée, avant c'était le rose, maintenant, c'est le bleu !

2014.03-feutres-lac
 Je veux faire canari (= canard, en fait ; Elle dit aussi les "kèleure" pour les réveils et les "à-manger" pour la nourriture. C'est mignon et bien vu.) quand je serai grande. Avant, c'était chanteuse, maintenant, en réalité, c'est dessinatrice.

Repost 0