Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  • : Ras-le-pompon
  • Ras-le-pompon
  • : A Paris et alentour, voire plus loin, écrits, photos, dessins, par Marie et ses chichoux.
  • Contact

singesa.jpg  

Archives

19 mars 2014 3 19 /03 /mars /2014 20:16

  S'il y a un lieu exotique et dépaysant en la capitale, c'est bien les grandes serres du jardin des plantes.

DSC02744

DSC02753

DSC02758

DSC02761

Tronc fossile silicifié d'araucariacée. Comme du marbre... 

 

DSC02775

 

 En danger il y a non seulement les forêts tropicales, mais aussi les abeilles...

DSC02782

  Au jardin des plantes existe un hôtel de charme destiné à accueillir les différentes abeilles sauvages (et autres insectes pollinisateurs) de passage dans la capitale...

 

 Dans le jardin botanique on peut s'instruire sur les plantes, mieux apprendre à les reconnaître, découvrir, par exemple, au vu des feuilles différentes, si l'on a dans son propre jardin des poireaux, pardon des iris, albicans (à gauche) ou pallida (à droite)... Si l'immobilier n'était pas à ce point hors de (nos) prix (à la location - sauf pour les heureux "élus" - comme à l'achat) à Paris, je crois qu'à l'heure actuelle je poserais une option pour loger dans le quartier du jardin des plantes.

DSC02791

Repost 0
Published by Marie - dans Sorties
commenter cet article
19 mars 2014 3 19 /03 /mars /2014 19:36

  Pendant que les enfants faisaient de l'art avec des jus de betteraves, d'épinards, et en sus de pelures d'oignons (pour la couleur jaune), je suis allée voir une petite-expo-non-courue-comme-je-les-aime.

DSC02736

Images d'oiseaux, au cabinet d'histoire du jardin des plantes.


DSC02667-2014.03.19 mer-expo MNHN Images d'oiseaux

DSC02668

  Deux salles : l'une pour les oiseaux du monde entier (ci-dessus), l'autre pour les oiseaux d'Europe.


DSC02671

 Cacatoès et perruche verte, aquarelle sur papier, XVIIIe s., annonyme. Provient de la collection de Jean-Baptiste Huzard (1755-1838), professeur à l'école vétérinaire d'Alfort. Sa collection de livres rares a été dispersée après sa mort malgré son souhait...


DSC02694

 The Birds of New Guinea and the adjacent Papuan Islands, de John Gould (1804-1881), édité à 250 exemplaires, après sa mort.

 

 Dans la salle dévolue aux oiseaux d'Europe figurent les rapaces.

DSC02702

DSC02699

 The Peregrine Falcon, mezzotinto et gravure au pointillé sur papier, de Charles Lewis (1808-1880), d'après E. Landsee, peintre animalier.

 

DSC02708  The Birds of Europe, vol. 1, Raptores, de John Gould (1804-1881), la plupart des planches lithographiées du livre étant de la main de son épouse Elisabeth Gould.

 

DSC02713   Portraicts d'oyseaux, animaux, serpens, herbe, hommes et femmes d'Arabie, d'Egypte, de Pierre Belon (1517-1564), "en moindre volume, afin de le rendre plus aisé à porter".

 

DSC02715  Oiseaux de proie, de Paul Barruel (1901-1982), qui après une carrière d'ingénieur est devenu naturaliste, auteur et illustrateur de livres sur les oiseaux.

 

DSC02718 Le Grand-duc de François Pompon (1855-1933), plâtre, 1928.

 

DSC02730

  Il y a même deux gravures de Picasso, dont La mère poule, 1936, eau-forte originale pour un texte de Buffon.

 

  Sinon il y a hors expo, dans le cabinet d'histoire du jardin, les oiseaux de Jean-Jacques Bachelier (peintre floral et animalier du XVIIIe s.). Quatre toiles provenant du petit château de Choisy (détruit), au sud-est de Paris. Représentant, via leurs oiseaux, les quatre continents : l'Europe, l'Asie, l'Afrique, l'Amérique.

DSC02663

L'Afrique : demoiselle de Numidie, geai d'Angola...

 

 

Et pour sortir un peu des oiseaux :

DSC02661

La girafe de Levaillant (figure reconstituée).

 

    Pour terminer avec un peu d'art contemporain, une des oeuvres d'art aux jus de légumes :2014.03.19 mer-atelier MNHN-sans regarder"Et il a fait ça sans regarder", a précisé la chichoute, impressionnée par son frère.

Repost 0
Published by Marie - dans Sorties
commenter cet article
15 mars 2014 6 15 /03 /mars /2014 19:08

 J'aime la nature - les végétaux (voir L'Herbier) et les animaux. Entre les deux - et entre deux immeubles haussmanniens - mon coeur balance...

 Par une exposition sur le thème animalier, diversement interprété via de multiples matériaux et techniques artistiques, j'ai pu être transportée.

DSC02524

Combien de mamans vont photographier leur enfant devant ce parterre de lapins ?

 

DSC02533

Avant de s'attarder devant les mammifères géants.

 

DSC02537

Après la basse-cour du salon de l'agriculture, nous voici devant une reconstitution façon papier collé.

 

DSC02546

Après les bébés alligators albinos de l'aquarium, nous voilà devant des crocos jongleurs.

 

DSC02549

On traverse l'univers du Douanier Rousseau dynamiquement revisité.

 

DSC02552

 J'ai personnellement un faible pour les chouettes, leur plumage, leur ramage et leur oeil rond. Hibou ou chouette, il/elle joue souvent un rôle important dans les dessins animés de Disney...

 

DSC02555

 Les petits poissons font tout autant partie de mon panthéon, écailles colorées et oeil rond faisant.

 

DSC02569

DSC02572

DSC02576

Quelle ligne effilée, épurée, pour ces sculptures !

 

DSC02577

Le bois (ici du cèdre) est matériau plus "roboratif".

DSC02586

Ce ne sont pas le P'tit ours à la tache et le P'tit écureuil grignotant une grosse pomme qui diront le contraire...

 

DSC02600

Jusqu'à la panthère qui a l'air d'être parmi nous, bienveillante...

 

DSC02610

Et le loup qui a trop bien réussi son coup, celui de fasciner petits et grands.

 

DSC02616

On avait notre petit animal personnel pour aller prendre un lait à la brasserie d'à côté.

Repost 0
Published by Marie - dans Sorties
commenter cet article
14 mars 2014 5 14 /03 /mars /2014 10:21

Images-XIV 2899[1] Je n'y étais pas retournée depuis 2007, date de sa réouverture après restauration et agrandissement. Je n'aime pas la chasse, mais j'aime la nature... Et les hôtels particuliers Guénégaud (XVIIe s.) et Mongelas (XVIIIe s.) dans le Marais, qui abritent le musée. Ce qui rend les choses un peu violentes et morbides, c'est qu'aucun animal "empaillé" n'est mort de sa "belle mort"... L'ours a été tué alors qu'il était tranquille sur sa banquise en 1965. Le glouton (troisième image) a inspiré le personnage de Wolverine (et non le loup, comme on pourrrait croire). Il y a de beaux objets et tableaux et dessins anciens (de Alexandre-François Desportes, Jean-Baptiste Oudry, XVIIIe s.) et des oeuvres d'art contemporaines "infiltrées"... Dont un mignon trompe-l'oeil (réalisé en 2006) (photo ci-dessus) qu'on n'aurait pas vu si le gardien ne nous l'avait pas montré.Images-XIV 2890Images-XIV 2903[2]Images-XIV 2908[1]Images-XIV 2897[1]

Images-XIV 2892[3]

Repost 0
Published by Marie - dans Sorties
commenter cet article
9 mars 2014 7 09 /03 /mars /2014 11:29

 Au départ je voulais faire les deux lieux - les grandes serres et la galerie botanique du Museum. C'était compter sans l'exposition médiatisée sur les orchidées qui accueillait en ses derniers jours fabuleusement ensoleillés un monde fou. Très peu pour moi de faire la queue longtemps pour se retrouver à piétiner à l'intérieur en plus. Ça m'étonne toujours qu'il y ait des gens pour supporter voire aimer ça.

 La galerie botanique, dont l'ouverture a pourtant été elle aussi relayée par les média, n'attire heureusement pas grand monde.

DSC02447aDSC02448DSC02451

 Dès l'entrée nous accueille la pièce maîtresse du lieu : la tranche de séquoia géant (sequoiadendron giganteum), de 2,70 m de diamètre, offerte par les Américains à la France. Il était âgé de 2000 ans quand il a été abattu... Il aurait pu connaître Jésus si celui-ci était allé prêcher en Amérique... Il a vécu, de loin et de haut, toutes les guerres.

 

DSC02495DSC02453  La choute impressionnée par une plante ligneuse d'Angola, découverte en 1860 (Il reste encore des tas de plantes à découvrir !), et pouvant vivre 1000 ans.

 

DSC02455Arbre du voyageur, Madagascar.

DSC02456DSC02457Toujours intéressant de pouvoir montrer les fèves de cacao aux enfants fans de chocolat...

 

DSC02462

Fruits en cire. La choute est devant des noix de cajou. Hâte d'y goûter.

 

DSC02464

La choute découvre le joli scintillement des tickets (qui représentent des végétaux exposés).

 

DSC02472Fac-similé d'un herbier (15 classeurs, 494 feuillets) acheté par Jean-Jacques Rousseau.

 

DSC02474Herbier de bois.

 

DSC02475  Ça me rappelle que je ne trouve plus chez Carrefour (Peut-être y en a-t-il encore à la Grande Epicerie du Bon Marché ?) de horchata (boisson espagnole à base de souchet) que j'adore...

 

DSC02481

Ma presse est bien plus petite et pas en métal.

 

DSC02482

Le riz, le blé et leurs produits... 

 

DSC02484

 Derrière les vitres opaques de droite, sont entreposées, des milliers (millions ?) de planches d'herbier (destinées à monter dans les étages supérieurs après avoir été informatisées et numérisées).

 

DSC02491

Trop joli, le ticket...

 

DSC02499  La noix du coco-fesse (ou cocotier de mer ou coco-de-mer, palmier des Seychelles qui produit la plus grosse graine du monde - pouvant aller jusqu'à 20 kg), qui amuse les préadolescents...

 Cette nouvelle expostion permanente, muséographiquement jolie et didactique à la fois, m'a beaucoup plu. J'étais d'autant plus choquée en parcourant le "livre d'or" : les gens expriment un mécontentement injuste et injustifié. À croire qu'où qu'ils aillent ils voudraient trouver du divertissement à la Disneyland... Décidément, la critique est aisée.

 Même Chichou se plaignait que ce soit trop petit... À quoi servent les musées trop grands - aussi beaux et riches soient-ils - sinon à devoir stresser et se presser pour éviter la foule, à ne rien voir à force de trop en voir, et finalement à sortir frustré de ne pas avoir pu tout voir tellement c'était grand... Pour résumer.

 

 À la grande mosquée, il y avait certes comme toujours du monde, mais il reste toujours un petit coin tranquille pour un thé à la menthe, toujours très rapidement servi, ou un café pour Mari "anti-exotique". (À 16 heures, il y en a qui en étaient encore au couscous.)

DSC02501-pause thé à la menthe - 2 euros - à la MosquéeDSC02504-Pauline a choisi un loukoum - 2 euros la pâtisse

 La choute a choisi elle-même sa pâtisserie, un loukoum au citron, qu'elle n'a pas terminé, j'avoue que je lui aurais pris/imposé si possible autre chose...

 


Repost 0
Published by Marie - dans Sorties
commenter cet article
3 mars 2014 1 03 /03 /mars /2014 12:36

      DSC02434 Dimanche matin c'est sous le soleil que se sont élancés les 40 000 semi-marathoniens. Marathoniens, ou semi, les enfants aiment pareillement les regarder passer près du bois. Pas mal de femmes courageuses, mais surtout beaucoup d'hommes dans la force de l'âge (35-40 ans). Une dame du quartier râlait parce que certains coureurs empruntaient les trottoirs... Après, pour fêter dignement la fin des vacances on est allés manger chinois... (Le meilleur restaurant rapport qualité-prix-sympathie du quartier.). Lundi matin, c'est sans trop courir que nous sommes repartis pour un tour d'école.DSC02436

 

Repost 0
Published by Marie - dans Sorties
commenter cet article
1 mars 2014 6 01 /03 /mars /2014 14:04

 J'ai payé 13 euros pour entrer. La choute, âgée de moins de 6 ans, a "payé gratuit". "Y a pas de petites économies", me dira une connaissance, pour qui 13 euros c'est rien à débourser mais pour qui l'argent compte beaucoup. Tout est relatif. Si ç'avait été cher payant pour la choute on n'y serait pas allées.

 

 Bella (vache tarentaise) propulsée, bien malgré elle, star du salon (vous pouvez la voir sur l'affiche) accueille les visiteurs, - stoïque tandis qu'autour d'elle les flashs crépitent - à l'entrée du pavillon 7. Là sont réunis, classés par région :

 

les bovins,

DSC02395

 

les ovins,

DSC02392

 

les porcins, gros et petits.

DSC02391

 

  Au pavillon 4 on trouve la basse-cour, ce qu'on a préféré. La choute s'est attardée sur chaque lapin (ici le géant blanc du Bouscat).

DSC02403

 

  Tandis que les pigeons du dessus me faisaient de l'oeil. Rond.

DSC02405

DSC02409

DSC02410

Quels plumages, quels ramages !

  Les queues de paon, capucins papillotés, frisés hongrois (comme celui juste ci-dessus)... Les petits papiers sur les cages sont intéressants : pour un capucin un juge de concours réclamait une capuche plus grande et plus de pureté dans les yeux... ; un frisé hongrois n'a pas plu au juge parce qu'il n'était pas assez frisé aux barres et que le plumage de son cou n'était pas assez lisse... ; un lapin japonais a été disqualifié, car il avait le ventre dénudé et les ongles pas bien coupés.

 (Le jaune de mes photos s'explique par le fait que je n'ai pas voulu aveugler les animaux avec le flash et que je n'ai pas Photoshop à la maison pour retoucher.)


  Au pavillon 6, les équins et asins. Ici, l'âne, bien (re)connu de nos jours, du Poitou.

DSC02422a

 

 Il était près de 11 heures et l'affluence se faisait dangereusement grandissante (De 9 à 10 h 45, on était bien.). Impossible de bien (et vite - Qu'est-ce qu'on piétine alors...) voir les chevaux, lesquels nous sont présentés, comme les bovins, de dos. Donc à part leurs postérieurs et la beauté de leurs queues tressées, on ne pouvait voir grand-chose.

 Pire encore ce fut pour les canins et félins (au sous-sol du pavillon 5). Les cages ras de terre (et non en hauteur) ne facilitaient pas la visibilité des canidés. Pour les félidés, ils étaient peu nombreux, et derrière des vitres sur les tables, ça pouvait encore aller.


 Finalement, après les lapins, la choute a préféré ce petit coin-là (au milieu du parc d'expositions) :

DSC02425a  Et n'a heureusement pas insisté - elle grandit, devient très raisonnable - pour avoir ça :

DSC02423

 Elle m'épate : elle n'avait mangé qu'un oeuf en chocolat (creux) en guise de petit déjeuner et après trois heures au Salon de l'agriculture n'était même pas fatiguée... Décidément, les filles, c'est plus endurant que les garçons...

Repost 0
Published by Marie - dans Sorties
commenter cet article
27 février 2014 4 27 /02 /février /2014 09:03

 Mieux que les musées de la ville de Paris, le MNHN (muséum d'histoire naturelle) propose deux heures d'activités gratuites le mercredi aux enfants de 5 à 12 ans. Heureusement que je suis peu lue, je ne voudrais pas que l'info s'ébruite, car là encore il y a peu de monde. Une dizaine d'enfants, dont la choute et sa copine, ont fait hier de belles peintures avec des jus de betterave et d'épinards. La choute était fière de ses fleurs et arrosoir, et surtout de son papillon. Quelle meilleure façon de connaître les légumes finalement que de les utiliser artistiquement ?...

 Quand j'entends, comme une évidence, que quand on a des enfants on a envie de quitter Paris pour les élever à la campagne, je m'inscris en faux. Moi, Paris m'a donné envie d'avoir des enfants : pour les inscrire dans ses écoles communales, les promener dans ses squares et jardins, les emmener dans ses musées, les faire arpenter ses rues et lever le nez vers ses façades d'immeubles haussmanniens (ou non), les faire traverser ses ponts enjambant la Seine, se baigner dans ses piscines (si, si, elle sont supers, et nombreuses, et désertes aux heures creuses), etc.

betteraves

La choute trouve que ça ressemble à des radis.

 

 Bien sûr, de temps en temps, on peut avoir envie de leur montrer les vaches et de leur faire respirer le bon air de la campagne (quoique dans la famille on est allergique au pollen), mais pour cela il y a la foire agricole, rebaptisée le Salon de l'agriculture, ça fait plus chic... Et l'avenir appartenant à ceux qui se lèvent tôt, dans les fermes comme dans les grandes villes, on peut y aller à l'ouverture, avant la foule. En revanche, l'entrée est de plus en plus chère. C'est le hic. La vache coûte plus cher que la betterave et l'épinard réunis...   

 

Repost 0
Published by Marie - dans Sorties
commenter cet article
25 février 2014 2 25 /02 /février /2014 16:23

  À la ménagerie du jardin des plantes (2e zoo créé au monde, qui fête ses 220 ans cette année), les enfants sont tous d'accord : les pandas roux sont trop mignons, on en veut un à la maison. Les binturongs de la fosse d'en face attendrissent moins les foules...

pandas roux

 

 Nénette, personne n'en veut à la maison, sachant que les orangs-outans sont 6 fois plus forts que l'homme. Heureusement que la ménagerie l'a recueillie en 1972, alors qu'elle n'était qu'un bébé braconné...

nenette

 

  Les soigneurs sont là pendant les vacances scolaires pour parler de leurs protégés (en danger dans leur habitat naturel chaque jour mis à mal) aux visiteurs, nombreux par ce lundi ensoleillé.

 

 Les Lego, aux aussi en danger, face aux Playmobil, dans les années 90, ont bien remonté la pente. Le film récemment sorti est un succès. Le message de tout succès cinématographique américain-qui-se-respecte est depuis 50 ans au moins : vous êtes spécial (croyez-en vous, la force est avec vous) et soyez solidaires (on est toujours plus forts en étant unis). On connaît par coeur, mais leur façon de le dire est souvent pleine d'humour et d'ingéniosité...

grande aventure Lego

Repost 0
Published by Marie - dans Sorties
commenter cet article
23 février 2014 7 23 /02 /février /2014 18:59

À défaut de dévaler les pentes enneigées on peut aller au Louvre admirer le beau tableau de François Briard (1798-1882), Magdalena-Bay, vue prise de la presqu'île des tombeaux, au nord du Spitzberg, effet d'aurore boréale (qu'on ne voit pas sur la photo qui est un détail).

DSC02246

À défaut de prendre un avion on peut se rendre au centre commercial Beaugrenelle, qui par endroits ressemble à une salle d'attente d'aéroport des années 70. Trop stylé, comme dirait le chichou...

DSC02254

DSC02255

 

À défaut de partir au soleil on se balade dans Paris qui fut si gris samedi.

DSC02258

 

À défaut d'aller sous les Tropiques il y a l'Aquarium tropical de la Porte Dorée qui, comme le dit la publicité, accueille deux nouveaux hôtes exceptionnels : deux jeunes alligators albinos. Un peu plus remuants que des grands.

DSC02283

Et toujours des rascasses volantes ou des étoiles de mer.

DSC02321

DSC02324

 

À défaut de plages et en avant-goût de l'été il y a le bac à sable. Qui se fait rare, comme la balançoire, dans les squares, et que la choute et le grand-encore-petit chichou prisent particulièrement pour édifier des châteaux.

DSC02358

 

Pas besoin d'aller bien loin pour se divertir pendant les vacances d'hiver.

Repost 0
Published by Marie - dans Sorties
commenter cet article