Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  • : Ras-le-pompon
  • Ras-le-pompon
  • : A Paris et alentour, voire plus loin, écrits, photos, dessins, par Marie et ses chichoux.
  • Contact

singesa.jpg  

Archives

27 février 2012 1 27 /02 /février /2012 09:45

 Mari et moi sortons ensemble sans enfant. Une, deux, trois fois l'an. Plus, ce serait trop.


 Le programme m'échoit, car Mari n'a pas d'idée. Ou s'il en a ne m'en fait pas part (ce qui ne l'empêche pas de critiquer les miennes).

 Boulevard de Reuilly, une jolie brocante. Une merveilleuse petite commode me tend les bras. Mari ne me tend pas le porte-monnaie... Le mien est perpétuellement percé.

 Le journal et un café, pour Mari, c'est le passage obligé d'un début de matinée, ce qui fait que la journée sera bonne ou ne sera carrément pas.

P2250035

 Musée d'Orsay, outre les collections permanentes à voir et revoir, une exposition temporaire (au fin fond du 5e étage) : Akseli Gallen-Kallela, une passion finlandaise. Ma passion aussi.

P2250037

Vue sur le bureau.

 

P2250040 l'enfant et le corbeau L'enfant et le corbeau (ou la corneille ?).

P2250045-Imatra Falls Chutes d'Imatra.

 

 Au Bon Marché, ils font des travaux au rez-de-chaussée, agrandissant démesurément le rayon hommes, il faut croire qu'il y a de plus en plus de clients... Les collants se sont élevés, encore plus haut les jouets et livres pour enfants (Les trois hiboux, une institution, ne sont plus !), la mercerie (une autre institution - comme le rayon bricolage au BHV) s'est considérablement rétrécie. Pour les vendeuses, il n'y a rien à redire, elles sont impeccables. P2250051 

P2250052Les poupées Petitcollin. Le double du prix des Corolle, mais deux fois plus belles.P2250053Je les trouve très beaux.

 Un tour à la pharmacie pour acheter de la vitamine D pour la choute. Une pharmacie avec une quarantaine d'employés au moins, vous avez déjà vu ? C'est rue du Four. Attention, il faut y marcher en crabe.


 Des sandwiches chez Cosi (rue de Seine), pour manger sain et frais en écoutant de l'opéra. Mari consent, le son n'est pas trop fort.

 A noter : Paris, en particulier en son centre, ne paraît guère connaître la crise. Les restaurants, même les plus discrètement situés, y sont archi pleins.


 Action Christine, "Les années d'or d'Hollywood", du 22 février au 6 mars. Ce jour, du monde pour aller voir L'invraisemblable vérité (Beyond a reasonable doubt - 1956) de Friz Lang. Aparté : Joan Fontaine, comme sa soeur Olivia de Havilland, est toujours vivante. Le scénario est vraiment très intéressant, surprenant. Ouf, Mari a bien aimé ce film en noir et blanc. Il aurait peut-être préféré voir The Artist, qui, disons-le, est, techniquement/photographiquement, gris...*

 Mais, les César vendredi soir, ça m'a suffi côté cinéma français. C'est toujours trop long ; ces remerciements à des tas de gens du métier ou non, qu'on ne connaît nullement, c'est vraiment lassant. Le sketch de la dresseuse d'animaux était réussi, je trouve. Je regrette Annie Girardot.


 Un retour via le Marais, pour ses pavés au pavot, aux noix, aux pistaches. Sous la pluie fine. Le temps ne s'est malheureusement pas levé, est resté frais. 

P2250054J'y suis.

 

P2250056

Faudrait pas qu'il tombe, le monsieur qui fait les carreaux.

 Les enfants, pendant ce temps, ne se sont pas ennuyés avec Nanny. On leur a rapporté deux petites surprises, on a été bien accueillis.


* Suis contente quand même que Dujardin rapporte sa "coupe du monde". Est-ce que son "oscarisation" augmente la valeur marchande de son autographe (le seul que j'ai jamais demandé, en 2000 déjà - à lui et à sa dame) ?

Repost 0
Published by Marie - dans Sorties
commenter cet article
23 janvier 2012 1 23 /01 /janvier /2012 20:03

Après les soldes et la foule, une petite pause culturelle,

calme et belle, au centre d'expositions de notre ville.

 

P1210019

Sculpture d'un oiseau décharné aux grandes ailes en activité

(je ne sais pas comment ça marchait ; le vent ?...).


P1210024a

 La choute aime aller au plus près des oeuvres. Cette petite fille, en bronze sculptée, aux chaussures rouges et à la corde à sauter l'a logiquement attirée. D'autant qu'elle aimerait savoir sauter à la corde.


 Les oeuvres étaient d'inégale qualité. Et les prix fixés par leurs créateurs d'inégale valeur. Mari dit que ça ne veut rien dire (les prix ainsi fixés), je ne suis pas d'accord, pour moi ça veut dire beaucoup (question humilité) !

P1210026

La DS me rappelle des souvenirs...

Le jeu d'ombres et de lumière sur celle-ci la rend encore plus belle.

 

P1210033aChevelure et fessier imposants.

 

P1210034a

Au plus près des oeuvres, vous dis-je.

Magnifique résine, quasi digne du musée Cernushi.

  P1210036

Simple, mais efficace.

 

P1210040

Attirée par la longue dame blanche.
Je peux ?

 

P1210042

Pour la choute, la dame était une danseuse,

et comme elle elle voulait danser.

 

P1210046Simple, mais efficace (grand tableau).

 

P1210049Pas de surveillance, pas de monde, la liberté.

Repost 0
Published by Marie - dans Sorties
commenter cet article
7 janvier 2012 6 07 /01 /janvier /2012 22:30

rubon202

 

  Soudain la chaîne a sauté, est tombée sur la chaussée, cassée. Le cycliste derrière moi, solidaire, désireux de m'aider, m'a informé qu'il existait un réparateur de vélos rue Crozatier, mais qu'il était à c't'heure (quasi 19 heures) fermé. "Je ne suis pas rentrée", ai-je conclu. Car il ne m'est pas venu à l'esprit, à l'envie surtout, d'emprunter le métro, sachant que je n'étais pas si pressée que cela (personne n'ayant besoin de moi dans l'immédiat). Il ne pleuvait pas, la journée (de vendredi) a été radieuse. Mes nouvelles bottines sont confortables. Bref, au lieu d'une demi-heure (en vélo), il m'a fallu une heure et demi pour rentrer. C 'était bien.

 Quitte le lendemain à retourner dans le quartier, où mon vélo avait passé la nuit et pris la pluie, mais n'avait été ni volé ni violenté ni désossé ni rien, pour l'emmener chez le réparateur d'à côté. Le temps qu'il répare, c'est celui qu'il nous a été donné pour nous balader dans le quartier, voir combien les magasins se sont diversifiés rue du faubourg Saint-Antoine, trouver un joli livre de ballerine (chez Mona lisait) pour la choute endormie qui rafolle de la danse, des cookies de marque inconnue pour le chichou qui en raffole, prendre le goûter dans un des nombreux cafés joliment redécorés (d'aucuns diront "boboïsés") de la capitale, je raffole des cafés. Mari aussi, c'est ce qui tient notre couple.

 On l'a ramené en métro, le beau vélo, que j'ai acheté d'occasion, 500 francs français de l'époque, il y a plus de 15 ans déjà (ça me semble hier - ça me semble cher), à un jeune vichyssois temporairement expatrié et installé rue Saint-Dominique. Comme c'est un vélo de garçon, les usagers de la RATP ont dû croire qu'il appartenait à Mari qui le tenait obligeamment. Chichoute a remarqué qu'elle avait de trop petites jambes pour qu'une fois assise sur un strapontin ses pieds touchent le sol. Elle parle beaucoup, même que quand elle n'a rien à dire, je la vois chercher des choses à dire...

 Mon vieux vélo, j'y tiens, il a certains petits défauts, surtout dûs à son âge, mais des comme lui, avec ses qualités, on n'en fait plus.


 A part ça, les autolib', je ne sais pas si ça marche fort.

Repost 0
Published by Marie - dans Sorties
commenter cet article
11 décembre 2011 7 11 /12 /décembre /2011 18:35

Mes cookies n'ont pas fait un pli, sont partis en quelques minutes et demi. Je devrais les vendre au marché, je deviendrais peut-être riche comme Sophie avec ses cakes...

Le spectacle était comme chaque année très réussi, enjoué, inventif, très drôle. Les cheftaines, éclaireurs et autres guides-aînées ne manquent pas d'idées. D'enthousiasme et d'énergie. On aimerait bien qu'ils nous en donnent un peu, de tout ça, je manque.

Chichou ne s'est servi que de son bonnet, n'a pas eu le temps de revêtir ses pull, pantalon et autre ceinture difficilement trouvés, c'était pas la peine de se décarcasser. Les autres n'étaient guère mieux déguisés. L'important, c'était l'histoire, les répliques, le jeu des acteurs en herbe. Le "scout anonyme" maintenant connu (de nous) était très content de son "panier garni spécial Noël" ; tant mieux, je m'étais donné du mal et du temps pour le garnir de choses faites avec mes mains (que le chichou a dit siennes), mes ciseaux et mon petit bâton de colle.

J'aime les dimanches de décembre, car les centres commerciaux sont ouverts... Calmes le matin, ils sont comme des cavernes d'Ali Baba pour moi..., sauf que rien n'est gratuit. J'y ai croisé le père Noël, ai-je dit à Chichoute, qui m'a donné ça pour elle.

autocollants usborneCe n'est pas pour leur faire de la pub, mais j'aime beaucoup les éditions Usborne. Et Choute aime beaucoup les autocollants rebaptisés, pour les plus jeunes, gommettes. Cet album, pas trop cher (par rapport à d'autres objets/livres), est  plein de jolies choses pour attendre Noël.

Repost 0
Published by Marie - dans Sorties
commenter cet article
10 décembre 2011 6 10 /12 /décembre /2011 18:54

PC100030Qu'est-ce qu'ils regardent comme ça, tous les trois ?

Les volatiles du parc Montsouris. Plus exactement un couple de canards.

Il y a aussi des mouettes sur le lac.

Et des cygnes, très beaux, élégants, et très peu craintifs.

PC100032

Et puis, en ce moment, au théâtre de marionnettes, Le monde enchanté du père Noël. Spectacle vu il y a quelques années avec Chichou. Quelques remaniements ont été apportés dans ce même spectacle vu par la choute pour la 1ère fois et revu par Chichou (moins enthousiaste que dans ces plus jeunes années). Sa petite soeur a été conquise par la reine des Neiges qui nous chante un magnifique air lyrique, relativement connu, dont j'aurais dû demander le nom.

PC100037

Au retour, la nuit déjà tombée, les lumières des magasins, cafés et restaurants de la rue de Tolbiac, ajoutées à celles des décorations festives, sont réjouissantes. Mais n'empêchent pas la choute de s'endormir, sans pour autant lâcher sa grosse poignée de feuilles de gingko biloba ramassées avenue Reille, où le prix moyen du m2, trouvai-je par hasard sur Internet, est de 8 509 €. C'est donné...

 

Ah, j'oubliai : j'ai fait 80 cookies (mon record) pour la fête de Noël des scouts. Et on a trouvé un bonnet de père Noël (donc rouge, pas vert) en guise de bonnet de lutin (rempli de plastique il tient tout dret) pour le déguisement de Chichou. Avec de fausses oreilles pointues qui ne tiennent pas du tout, zut.

Repost 0
Published by Marie - dans Sorties
commenter cet article
30 novembre 2011 3 30 /11 /novembre /2011 10:28

Dans le XVIIe arrondissement de Paris, près de la rue Médéric de l'église suédoise et du parc Monceau, se trouve la rue Fortuny.

Avec ses deux rangées d'hôtels particuliers elle est l'archétype de la rue de la plaine Monceau à la fin du XIXe siècle.

DSC00833

Au n°2 résidait Edmond Rostand. Au n° 13 -  ci-dessus et ci-dessous -, de 1933 à 1950, Marcel Pagnol, lequel n'a donc apparemment pas résidé essentiellement dans le sud de la France.

DSC00832

 

DSC00834

Les n° 27 et 29, ci-dessous, ont été habités par la belle Otero et Geneviève Lantelme, comédienne alors célèbre, toutes deux reines de la nuit de la fin du XIXe. Le temps a passé...DSC00835

 

Le n° 35, ci-dessous, a été édifié pour Sarah Bernhardt.

DSC00836

 

Et le n° 42 était l'hôtel d'un célèbre maître-verrier, Joseph-Albert Ponsin. Mais je n'ai pas photographié le côté pair de la rue... Sauf ce dernier hôtel :

DSC00838Logeant actuellement, volets fermés, en tout cas le dimanche, Les arts florissants de William Christie...

D'autres hôtels sont occupés par des lycées professionnels.

 

C'est étonnant, somptueux, calme. Ça manque un peu de commerces... Et de quelques arbres surtout. Mais bon ils sont dans les parages : au parc Monceau, dans des jardins à l'arrière de ces hôtels peut-être...

 

A une autre époque, deux siècles auparavant (au XVIIe), quand Paris était encore à la campagne, le peintre Philippe de Champaigne avait sa maison au faubourg Saint-Marcel, près l'église Saint-Médard (Ve arrdt du Paris actuel).

Vue de la mson de Ph de Champ au fbg St-Marcel

Ci-dessus, il a dessiné sa maison. Non moins belle, dans un autre style, non moins spacieuse, elle me paraît immense, que les hôtels particuliers du XIXe siècle, non ?

Repost 0
Published by Marie - dans Sorties
commenter cet article
28 novembre 2011 1 28 /11 /novembre /2011 11:52

Dès novembre les marchés de Noël commencent à fleurir...

DSC00809   Samedi 19 novembre, à l'église américaine, 65 quai d'Orsay, Paris 7e (métro Invalides).

DSC00808

DSC00803

  On y trouve des écoles.

DSC00811

 Via la rue Jean Nicot on admire la façade et on rejoint la vivante rue Saint-Dominique.

 

Dimanche 28 novembre, à l'église suédoise, 9 rue Médéric, Paris 17e (métro Courcelles).

DSC00826

DSC00828DSC00829DSC00830L'endroit est "cosy", le glögg bien chaud, mais les tarifs très élevés. Les objets, issus d'un artisanat visiblement national, chaque année renouvelé, sont également très chers.

Ces deux lieux ont des caractéristiques esthétiques, cultuelles et culturelles, et surtout ont des âmes qui me plaisent.


Ma petite blonde scandinave n'a pu profiter de la 2e église, elle s'était préalablement endormie dans sa poussette...

DSC00831

Cet article se range dans ma catégorie virtuelle "On voyage loin à Paris" , pour juste quelque ticket de métro.

Repost 0
Published by Marie - dans Sorties
commenter cet article
5 octobre 2011 3 05 /10 /octobre /2011 08:46

Le chichou est parti, pour la semaine, en classe de montagne/d'astronomie. Vu qu'il a déjà survécu à deux camps scouts, on ne se fait pas trop d'inquiétude pour lui. D'autant qu'on a quotidiennement un compte rendu de leurs activités intéressantes. On les envie, il fait beau, la montagne doit être belle.

Photos-0040

 

Pendant ce temps, la chichoute voit son premier, mais pas son dernier, spectacle de marionnettes.

DSC00760-avec M. Gâteau

 

Se met avec joie à l'équitation.

DSC00766-manège à côté théâtre

 

Et continue à prendre son temps pour ramasser pour sa maman toutes les fleurs sauvages qu'elle peut voir.

PA040686

Repost 0
Published by Marie - dans Sorties
commenter cet article
25 septembre 2011 7 25 /09 /septembre /2011 12:57

Souvent sous le beau temps, heureusement.

Toujours un jardin à ouverture exceptionnelle, on choisit.

Cette année, le jardin des Missions Etrangères, 30 rue de Babylone, Paris VIIe arrondissement.

DSC00710

Un jardin privé d'un hectare, dont la création remonte au 17e siècle. La société des Missions Etrangères a été légalement reconnue en 1663 pour la formation de prêtres et de laïcs français destinés aux missions en Asie.

DSC00712

Le jardin actuel est le fruit de la réunion de plusieurs jardins potagers privés. Que les directeurs du séminaire ont achetés les uns après les autres, ce en 70 ans.

Son plan est celui d'un jardin à la française - avec allées rectilignes et tapis verts.

DSC00714

Ce jardin est agrémenté, outre de statues saintes, de quelques curiosités qui évoquent la vie des prêtres des Missions Etrangères de Paris dont l'activité s'exerce depuis plus de trois siècles en Asie du Sud-Est et de l'Est.

Au 19e siècle plusieurs missionnaires expédièrent en Europe de nouvelles variétés de plantes dont des rosiers botaniques (ancêtres des rosiers modernes) jusque là inconnus ou très rares en Occident, quelques-uns d'entre eux ornant le jardin actuel.

Ramasseuse de feuilles, de marrons, et de pétales de fleurs, Chichoute a aussi voulu sentir les fleurs. Certaines ne sentaient rien ou pas grand-chose, l'une sentait divinement bon, comme jamais j'ai senti.


DSC00720La cloche chinoise (énorme) fut offerte par le corps expéditionnaire français à Canton aux Missions en 1858 et placée dans le jardin en 1873 (faut le temps de faire les choses). Elle est dédiée à Kouan-in, déesse bouddhique de la grande bonté et de la miséricorde (très beau titre).


DSC00715

L'oratoire, édifié en 1844, fut traditionnellement un lieu de prière pour les partants (qui risquaient leur vie en mer de Chine).

 

DSC00719

La stèle, implantée en 2003, a été offerte par la cathédrale de Corée en l'honneur des martyrs de Corée (dont les noms sont inscrits sur la dite stèle).

DSC00723

La tortue symbolise la terre et la longévité, les deux dragons chapeautant la stèle figurent le ciel. Le tout représente la pensée traditionnelle de l'union de la Terre et du Ciel dans l'Homme.

DSC00724

Conclusion, plus pragmatique : il doit faire bon vivre dans ce quartier, dans un appartement surplombant ce jardin calme et serein.DSC00730

Samedi, le ciel était bien bleu (sans un nuage), il n'était pas rose, c'est mon appareil photo qui fait des siennes...DSC00713

Repost 0
Published by Marie - dans Sorties
commenter cet article
16 septembre 2011 5 16 /09 /septembre /2011 15:36

Hier j'ai vu "Danse avec les loups". Pas le film, déjà vu maintes fois, à revoir encore, si je trouve les plus de trois heures nécessaires. Mais l'acteur du rôle-titre, qui fait chanteur de rock à ses heures pas perdues. Entouré d'un groupe de musiciens originaires de Tulsa, Oklahoma ou de Nashville, Tennessee. Le groupe s'appelle Modern West. C'était bien. L'acteur a la voix musicale, douce et gentille (et juste rauque comme il faut parfois) comme il en a l'air, doux et gentil (et un peu rock quand il faut).

 Il a fait deux (bons) disques : Untold truths (2008) and Turn it on (2010).

KevinCostner2 

La première partie du concert, c'était inespérément bien aussi.alternate routes

Ce groupe américain, appelé The Alternate Routes, a déjà fait quatre disques. Des membres du groupe, n'en restait hier (temporairement ou définitivement ?) que deux, qui répondent aux noms, et prénoms, de Tim Warren et Eric Donelly.

Ça fait beaucoup de disques à se procurer, pour si peu de temps à leur consacrer.

 

Chichou aurait aimé que je ramène un autographe ou au moins une anecdote avec Kevin. Genre on se serait parlé, ou il m'aurait fait un petit bisou, ou je lui en aurais fait un, ça lui aurait plu au chichou. Mais je n'étais pas au pied de la scène, et n'est pas Elvis qui veut, Kevin n'a fait que toucher rapidement quelques mains in extremis.

Repost 0
Published by Marie - dans Sorties
commenter cet article