Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Ras-le-pompon
  • Ras-le-pompon
  • : A Paris et alentour, voire plus loin, écrits, photos, dessins, par Marie et ses chichoux.
  • Contact

singesa.jpg  

Archives

6 avril 2014 7 06 /04 /avril /2014 18:42

DSC02901

 La liste des 169 établissements scolaires ayant 100 % de réussite au bac, parue dans Le Parisien, c'est... quelque chose comme "du foutage de g....." ! (Comme tous les tableaux de statistiques quels qu'ils soient, d'ailleurs.)

  À vue d'oeil, plus de 95 % des écoles sont des écoles privées (Ça ne pose pas question, ca ??). D'aucuns sont de petits lycées, avec peu de classes, genre deux classes de terminale générale, une ES (série économique et sociale) et une S (scientifique)... Evidemment que, dans tous ces établissements, les élèves sont triés sur le volet à l'entrée en seconde.

DSC02898  Quant à leur second classement, propre au journal, qui met en avant ce qu'ils nomment une valeur ajoutée - soit la capacité de l'école à "porter" vers le bac les élèves les plus faibles -, il met en première place un lycée de Trappes, où les élèves sont une quinzaine par classe... L'idéal. Mais combien d'établissements peuvent prétendre à cet idéal ?

DSC02906  Et pourquoi n'écrit-on jamais que les exigences ont quand même baissé ? Je n'irais pas jusqu'à affirmer - comme certains, qu'on qualifie trop facilement de vieux ronchons passéistes, le clament depuis un moment déjà - que le bac ne vaut plus rien. N'empêche quand je me vois bien incapable de répondre aux questions de toute nature du certificat d'études primaires du début du XXe siècle, je peux logiquement penser que le niveau a baissé. On demande moins de connaissances aux élèves (la grande idée depuis les années 70 étant de débrider leur réflexion - en oubliant que sans les bases et +, c'est dur de réfléchir...) et on les note plus largement, de manière générale. Ça saute aux yeux quand il s'agit de l'orthographe.


Illustrations : Un jour merveilleux (de Nils Skapans, Lettonie, 2010, 15 min.). Photos prises depuis la salle de cinéma. Où nous n'étions que trois paires de maman-enfant + une paire (inconnue de nous). Dans un quartier très fréquenté, mais où la culture - notamment sous la fome de courts-métrages d'animation en pâte à modeler - semble être quelque peu mésestimée.

Sublimes, ces courts-métrages du festival L'enfance de l'art.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

mab 07/04/2014 07:38


Plus que d'accord avec toi!